« L’effondrement économique menace la Russie malgré les affirmations selon lesquelles l’économie est encore résistante »

Le Fonds monétaire international (FMI) prévoit que l’économie russe se contractera de 6 % cette année. C’est 2,5 points de pourcentage de moins qu’une prévision antérieure. Selon le FMI, l’économie russe résiste mieux que prévu aux sanctions européennes. Mais les économistes restent plutôt pessimistes quant à ce que l’avenir réserve à la Fédération de Russie.

En raison de la guerre en Ukraine, la Russie a également connu quelques mois mouvementés dans le domaine économique. Les États-Unis (US) et l’Europe ont déjà imposé des sanctions de grande envergure au pays. En conséquence, le FMI s’attend à ce que l’économie russe se contracte de 6 %. Cela représente tout de même une amélioration de 2,5 points de pourcentage par rapport à la prévision précédente.

Impact économique à long terme

Le FMI note que la Russie résiste mieux que prévu aux sanctions économiques. Néanmoins, plusieurs économistes sont convaincus que le pays de Vladimir Poutine doit encore faire face au pire. Ils font notamment référence aux entreprises internationales qui tournent le dos au pays, comme McDonald’s.

« L’impact des sanctions semble quelque peu limité pour le moment, mais nous verrons les véritables conséquences après cette année », a commenté Ian Bremmer, président du cabinet de conseil Eurasia Group, au site d’information américain CNBC. « Les preuves suggèrent que les perturbations de la fabrication augmentent à mesure que les stocks s’épuisent et que les pièces étrangères se font rares », a-t-il déclaré.

Bremmer ajoute qu’au fur et à mesure que les sanctions seront renforcées et que le mécontentement de la population grandira, de plus en plus de personnes instruites quitteront la Russie. « Cette fuite des cerveaux entraînera une diminution directe de la main-d’œuvre, notamment des travailleurs hautement productifs, ce qui réduit le PIB », a déclaré le président. « Elle affecte la productivité globale, réduit l’innovation et érode la confiance générale dans l’économie, réduisant les investissements et les dépôts d’épargne. »

« L’économie russe va se contracter de 30 à 50 % »

L’Eurasia Group s’attend à ce que la poursuite du déclin à long terme de l’activité économique conduise finalement à une contraction du PIB de la Russie de 30 à 50 % par rapport aux niveaux d’avant-guerre. « La ruine économique guette la Russie malgré les affirmations selon lesquelles l’économie est encore résiliente », déclare Bremmer.

L’université de Yale met également en garde contre les conséquences désastreuses des sanctions internationales contre le pays et l’exode des entreprises internationales. Dans un document, les économistes de l’université notent aussi que la position stratégique de la Russie en tant qu’exportateur de matières premières s’est irrévocablement détériorée. Le pays regarde désormais en direction de la Chine, mais cela pourrait ne pas suffire.

Pour d’autres analystes, la Russie doit s’attendre à un contre-choc gazier, comme l’ont connu les monarchies pétrolières après les chocs pétroliers des années 70.

« Malgré les illusions de Poutine selon lesquelles son pays est autosuffisant, la production intérieure russe est complètement paralysée et il n’y a aucune capacité à remplacer les entreprises, les produits et les talents perdus ; l’érosion de la base d’innovation et de production intérieure de la Russie a entraîné une hausse des prix et l’anxiété des consommateurs », indiquent les économistes. « En raison du retrait des entreprises, la Russie a perdu des sociétés qui représentent environ 40 % de son PIB, annulant ainsi la quasi-totalité des investissements étrangers de trois décennies. »

(BL)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20