Le secteur européen de la bière a perdu 20% de son chiffre d’affaires, mais ça pourrait être bien pire

Dans l’Union européenne, le secteur de la bière a enregistré une baisse de 20% des ventes cette année, par rapport à la même période en 2019. À la fin de l’année, ces pertes pourraient atteindre 25%. C’est ce qu’a expliqué Pierre-Olivier Bergeron, secrétaire général de l’organisation sectorielle, The Brewers of Europe, lors d’une conversation avec le site d’information Euractiv.

‘Les brasseurs et l’industrie de la restauration de l’Union européenne ont été particulièrement touchés par la série de confinements imposés à travers l’Europe pour ralentir la résurgence de la pandémie’, a affirmé Bergeron.

‘Depuis l’apparition du virus, les ventes de bière en Europe ont diminué d’un cinquième. Les chiffres de la Commission européenne montrent que 15 États membres ont fermé leurs pubs. Cependant, les autres pays ont également imposé des restrictions strictes. Dans de nombreux cas, cela équivalait à une fermeture dans la pratique.’

Ventes au détail

‘Toutefois, le marché européen de la bière n’est pas uniforme’, précise Bergeron. ‘La relation entre la restauration et les ventes au détail est très variable. En Estonie, l’Horeca ne représente que 7% des ventes totales, mais au Portugal, ce chiffre s’élève à 70%.’

En Belgique, les ventes de bière dans l’Horeca ont chuté de 55% entre mai et juillet. ‘Mais en raison des restrictions sur les contacts sociaux, les ventes au détail se sont également fortement contractées’, explique Bergeron. ‘Même si les cafés ont rouvert pendant l’été, la distanciation sociale et la faible confiance des consommateurs ont entravé fortement la reprise.’

Des situations similaires ont également été observées en Allemagne et en Irlande. Par contre, en Italie, les ventes dans l’Horeca et au détail ont pratiquement atteint les niveaux habituels durant l’été.

En moyenne, en Europe, les ventes au détail ont augmenté, mais cela n’est clairement pas suffisant pour rattraper les pertes de l’Horeca.

Impôts

Selon Bergeron, il y avait aussi une grande différence entre les grands producteurs de bière internationaux et les plus petits brasseurs locaux. ‘Les grands groupes pourraient utiliser des ressources financières pour stimuler les ventes au détail’, précise le secrétaire général de The Brewers of Europe. C’est beaucoup plus difficile à faire pour les petits brasseurs.

Bergeron admet que les autorités européennes ont fait un certain nombre d’efforts pour atténuer l’impact de la crise sur les ventes de bière. Il y a par exemple une réduction de la taxe sur les ventes d’alcool. En outre, il existait aussi des subventions pour aider les commerçants à compenser partiellement leurs pertes.

Pour Bergeron, il est nécessaire de poursuivre ces efforts pendant les prochains mois. L’assouplissement des mesures sanitaires n’est pas encore prévu dans de nombreux pays. ‘Maintenir les aides est ‘crucial pour sauvegarder la survie du secteur’.

En outre, Bergeron prévient qu’il vaut mieux éviter pour le secteur une succession de confinement et de déconfinement. ‘La bière est un produit qui doit être consommé frais. Une fois qu’un fût a été ouvert, son contenu doit être consommé en quelques jours. La bière en bouteille ne peut pas non plus être conservée éternellement.’

Plus
Lire plus...
Marchés
BEL20