Le secret de la Suisse : pourquoi l’inflation y est-elle si étrangement basse ?

L’inflation belge a atteint près de 9 %, soit le niveau le plus élevé depuis près de 40 ans. L’inflation s’envole également dans d’autres pays européens, la Suisse constituant une exception notable. La baisse des coûts de santé, un mix énergétique durable et un franc fort maintiennent l’inflation à un niveau bas dans le pays alpin.

Dans toute l’Europe, les responsables politiques se réveillent face à une inflation galopante. Avec un taux d’inflation de près de 10 %, les Pays-Bas sont l’un des pays les plus atteints du mois de mars. En février, l’inflation en Grande-Bretagne a grimpé à plus de 6 %, tandis qu’aux USA elle a presque atteint 8 %. Comme vous l’avez probablement déjà remarqué à la station-service ou dans les magasins, le danger de la hausse des prix est que votre pouvoir d’achat diminue. La hausse de l’inflation est due, entre autres, aux problèmes des chaînes d’approvisionnement qui sont apparus lors du redémarrage de l’économie après la crise du coronavirus, et à la forte augmentation des prix de l’énergie.

L’exception alpine

Il s’agit de phénomènes mondiaux et on pourrait s’attendre à ce que tous les pays soient touchés. La Suisse constitue toutefois une exception notable. L’inflation suisse était de 2,2 % en février : une fraction seulement du niveau atteint dans les pays voisins. Il y a plusieurs explications à cette grande différence.

Tout d’abord, la vie dans le pays alpin était déjà assez chère. Les dépenses des ménages étaient supérieures d’environ 60 % au niveau de la zone euro. Et sous la pression de la population, le gouvernement prend des mesures pour réduire cette différence. Par exemple, les boutiques en ligne internationales ne sont plus autorisées à rediriger automatiquement les clients suisses vers le site web de leur marché d’origine, où les prix sont plus élevés que dans les pays environnants.

Le franc fort freine l’inflation

En outre, les compagnies d’assurance maladie ont été mises sous pression pour réduire les primes. En conséquence, les Suisses ont dépensé 0,5 % de moins en soins de santé au début de cette année. Une autre cause du taux d’inflation remarquablement bas est le mix énergétique du pays : les centrales hydroélectriques fournissent pas moins de 57 % de l’électricité disponible, et la Suisse a également recours à l’énergie nucléaire. Par conséquent, le pays est beaucoup moins touché par la hausse des prix du pétrole et du gaz naturel que d’autres sur le continent.

Enfin, le franc suisse contribue également à une faible inflation. La monnaie est très demandée sur les marchés des changes en raison de l’incertitude économique croissante. Il y a un mois, le franc a même valu un peu plus qu’un euro pendant un court moment. Mais même après une baisse récente, la valeur de la monnaie est supérieure de plus de 8 % à celle de l’année précédente.

Dur sur les freins

Le franc cher rend l’importation de biens et de services d’autres pays relativement bon marché. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, cela n’affecte pas la position concurrentielle des entreprises suisses. Grâce à une faible inflation, les salaires augmentent beaucoup moins vite que dans les pays voisins, de sorte que les coûts n’augmentent pratiquement pas. D’autre part, les marchés de vente de l’autre côté de la frontière peuvent suivre les augmentations de prix résultant d’une forte inflation. Malgré la bonne position de la Suisse, une nouvelle hausse du franc est peu probable. Dès que la monnaie franchit la barrière de 1 euro, la banque centrale freine.


Joost Derks est un spécialiste des devises chez iBanFirst. Cette chronique exprime son opinion personnelle et ne constitue pas un conseil professionnel (d’investissement).

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20