Le prix du gaz européen augmente encore : 315 euros le mégawattheure !

Vous n’aimez peut-être pas le lire, mais le prix du gaz en Europe continue d’augmenter. Ce matin, le prix avait brièvement grimpé à 315 € par mégawattheure, le niveau le plus élevé depuis mars.

Les inquiétudes concernant l’approvisionnement énergétique de l’Europe entraînent une nouvelle hausse du prix du gaz. La crainte est à nouveau bien ressentie par les investisseurs car l’entreprise publique russe Gazprom a annoncé vendredi dernier de nouveaux travaux de maintenance sur le gazoduc Gazprom 1. Ilss débuteront le 31 août et dureront trois jours. Il est à craindre que la Russie exporte moins de gaz vers le reste de l’Europe après ces travaux. À l’heure actuelle, seuls 20 % de la capacité de Nord Stream 1 sont utilisés.

Vers une facture de 10.000 euros ?

En raison de toutes ces tensions, le prix du gaz européen (Dutch TTF Gas Futures pour le mois de septembre) est passé à 315 € ce matin. Vers 15 heures, il tournait autour de 306 euros. C’est le prix le plus élevé depuis le mois de mars quand le prix du gaz a franchi la barre des 310 euros par mégawattheure. Le 7 mars, au cours de la journée, le prix est brièvement monté à 345 euros, pour clôturer ce jour-là à 227 euros. Hier, le prix du gaz européen avait également franchi la barre des 300 euros, pour finir à 292,15 euros.

La volatilité des prix du gaz montre à quel point les investisseurs et les grossistes sont incertains, surtout à l’approche de la fin de l’été. Lorsque les températures baisseront, nous aurons à nouveau besoin de chauffer nos maisons, ce qui augmentera la demande de gaz. Les gouvernements prennent donc déjà des mesures pour réduire la consommation d’énergie.

Si le niveau du prix du gaz devait se maintenir à cette hauteur, il n’est pas impossible qu’un ménage puisse débourser jusqu’à 10.000 euros pour sa facture annuelle d’énergie (gaz et électricité).

L’Allemagne prend des mesures ambitieuses

L’Allemagne fait notamment partie des pays européens qui ont déjà annoncé des mesures d’économie d’énergie de grande envergure. À partir de septembre, ces mesures devraient permettre de réduire la consommation collective de gaz de 2%. Entre autres, nos voisins vont abaisser la température minimale dans les bâtiments publics de 20 à 19 degrés. Il sera également interdit de chauffer des piscines intérieures ou extérieures à usage privé avec du gaz ou de l’électricité provenant du réseau public. Il n’est pas surprenant que le pays prenne de telles décisions, l’Allemagne étant largement dépendante du gaz russe.

Les consommateurs cherchent eux aussi des moyens de réduire leur consommation d’énergie, et en particulier de gaz. Le poêle à pellets, par exemple, gagne en popularité. Toutefois, cette demande croissante a entraîné une forte hausse du prix des granulés. Les détaillants parlent de doubler le prix par rapport au début de l’année.

BL

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20