Les prix du gaz et de l’électricité ne sont pas les seuls à s’envoler: les pellets sont également beaucoup plus chers

Nous devons mettre plus d’argent sur la table pour notre consommation d’énergie qu’il y a un an. Par conséquent, les gens cherchent des alternatives pour chauffer leurs maisons cet hiver. Cela signifie que d’autres sources de chaleur, comme les pellets, deviennent également plus chères.

Il y a à nouveau beaucoup d‘incertitude quant à l’approvisionnement en gaz de l’Europe. Après que l’entreprise publique russe Gazprom a annoncé vendredi qu’elle allait effectuer des travaux de maintenance sur le gazoduc Nord Stream 1 à la fin du mois, le prix du gaz a augmenté. Le TTF-future néerlandais (reprenant les contrats à terme pour le mois prochain, soit septembre), prix de référence du gaz naturel en Europe, a franchi la barre des 290 euros par mégawattheure, un nouveau record. Entre-temps, le prix oscille autour de 265 euros. En comparaison, il y a trois mois, il était juste en dessous de 90 euros.

Bien sûr, nous ressentons la hausse des prix sur le marché de gros dans notre portefeuille. Au début du mois, il est déjà apparu que nous payons en moyenne 2.400 euros de plus (sur un an) pour le gaz et l’électricité qu’en juillet. En outre, vous êtes pratiquement obligé de souscrire un contrat d’énergie à taux variable lorsque vous prenez un nouveau contrat. Seul Luminus propose encore une formule avec un taux fixe, mais c’est aussi le contrat le plus cher dans la comparaison effectuée le « scan » du régulateur fédéral, la CREG.

Alternative au gaz coûteux

Il n’est pas surprenant que les gens cherchent des sources de chauffage alternatives pour cet hiver. Une de ces alternatives est le poêle à pellets. Ces granulés de bois sont moins chers que le gaz, mais l’augmentation soudaine de la demande a également entraîné une forte hausse du prix de ce produit énergétique.

« Depuis janvier, le prix des granulés a approximativement doublé », déclare Stéphanie Deleul, porte-parole d’Arvesta, dans une réaction à VRT NWS. « Nous ne faisons pas de bénéfices supplémentaires. Nos marges sont restées les mêmes, mais le prix d’achat des granulés de bois a tout simplement doublé. »

Comme pour le gaz et l’électricité, la guerre en Ukraine contribue également à l’augmentation des prix. Depuis le début du conflit militaire en Europe de l’Est, l’Ukraine et l’agresseur russe ont cessé d’exporter du bois vers le reste de l’Europe.

En raison de la forte augmentation de la demande et de la diminution de l’offre, de nombreux fournisseurs de pellets, comme les fournisseurs de gaz et d’électricité, ne travaillent plus avec des prix fixes. « Il y avait auparavant des prix d’été et d’hiver qui étaient fixés pour six mois, mais aujourd’hui, ils ne travaillent qu’avec des prix variables qui augmentent chaque mois », explique Deleul.

Magasins en ligne malveillants

Le SPF Economie a récemment mis en garde contre les commerçants malhonnêtes qui vendent du bois bon marché. Le service gouvernemental a reçu 126 rapports à ce sujet depuis le 1er juillet. En moyenne, les victimes ont déclaré une perte de 750 euros, mais une personne a déclaré avoir perdu jusqu’à 2.972 euros.

« Les escrocs profitent de la situation actuelle, caractérisée par la hausse des prix de l’énergie et la forte demande de moyens de chauffage alternatifs. En outre, ils profitent de la pénurie internationale de bois de construction et des énormes augmentations de prix qui y sont associées », explique le SPF Economie. « Ils construisent des sites internet pour la vente de produits en bois tels que les granulés de bois, le bois de chauffage ou les palettes. »

(CP)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20