Le parlement irakien veut mettre fin à la présence des troupes américaines

Des soldats de l’armée américaine attendent avant de partir ce samedi 4 janvier 2020 à Fort Bragg, en Caroline du Nord, alors que des troupes de la 82e Division aéroportée sont déployées au Moyen-Orient en renfort dans le contexte instable qui suit l’assassinat du général iranien Qassem Soleimani. (AP Photo/Chris Seward)

Le parlement irakien tient une session extraordinaire où les législateurs ont déclaré qu’ils feraient pression pour un vote sur une résolution visant à mettre fin à la présence de troupes étrangères.

Nouveau rebondissement après le meurtre du général iranien Soleimani lors d’un raid américain. Le parlement irakien a adopté dimanche une résolution demandant au gouvernement de mettre fin à la présence de troupes étrangères dans le pays, peut-on lire sur CNBC.

Cette résolution demande au gouvernement irakien d’annuler la demande d’assistance de la coalition dirigée par les Etats-Unis qui opère dans le pays contre l’Etat islamique, précise le média américain.

‘Le gouvernement s’engage à révoquer sa demande d’assistance à la coalition internationale qui lutte contre l’État islamique en raison de la fin des opérations militaires en Irak et de l’obtention de la victoire’, indique ainsi la résolution. ‘Le gouvernement irakien doit s’efforcer de mettre fin à la présence de toute troupe étrangère sur le sol irakien et lui interdire d’utiliser ses terres, son espace aérien ou ses eaux pour quelque raison que ce soit.’

Lire aussi: Donald Trump menace: ‘les États-Unis visent 52 sites iraniens en cas d’attaque’… s’exposant ainsi à un crime de guerre

‘Des mesures urgentes’

C’est le premier ministre irakien Adel Abdul Mahdi qui a exigé que le parlement prennent des ‘mesures urgentes’ pour mettre fin à la présence de troupes étrangères dès que possible. Son gouvernement avait accusé Washington de violer sa souveraineté.

‘Malgré les difficultés internes et externes auxquelles nous pourrions être confrontés, cela reste préférable pour l’Irak, par principe et en pratique’, a déclaré le premier ministre dans un discours au Parlement.

Lire aussi: Mort de Soleimani: pourquoi ce regain de tension entre les États-Unis et l’Iran ?