Markten:
Markten inladen...

JEUDI 13 AOûT

Business 24/7

Zoeken
scrollTop top

Mort de Soleimani: pourquoi ce regain de tension entre les États-Unis et l’Iran ?

Logo Business AM
Politique

03/01/2020 | Baptiste Lambert | 7 min de lecture

epa

La mort du général iranien Qassem Soleimani intervient dans une période de haute tension entre l’Iran et les États-Unis. Le régime des ayatollahs est au plus mal sur le plan intérieur où il ne bénéficie plus de légitimité. Les États-Unis et Trump appuient là où ça fait mal. Objectif: faire tomber le régime.

Ce jeudi soir, on apprenait la mort en Irak du général iranien Qassem Soleimani suite à un raid aérien des États-Unis. Par un drone plus précisément.

Le secrétaire d’État iranien a qualifié l’attaque de ‘terrorisme’ à l’encontre d’un général ‘principal rempart à Daesh, Al Nusrah et Al Qaeda’. Il renchérissait dans la foulée que ‘l’assassinat de Soleimani renforcera la résistance contre les États-Unis et Israël.’

Tout le monde attendait donc les explications de Donald Trump. Lui qui avait déclaré il y a quelques jours devant la presse lors d’un gala du Nouvel an ‘vouloir la paix’ avec l’Iran.

Lire aussi: Le général iranien Soleimani tué par les États-Unis dans un raid en Irak

L’accord sur le nucléaire iranien: la clef

Trump a d’abord réagi de manière énigmatique. Via Twitter bien sûr: ‘L’Iran n’a jamais gagné de guerre mais n’a non plus jamais perdu de négociations.’ Il fait sans doute référence à l’accord sur le nucléaire iranien négocié par son prédécesseur Obama et démantelé par ses soins.

Signé en 2015 et censé donner une bulle d’oxygène économique à l’Iran en contrepartie de l’arrêt de son programme nucléaire militaire, l’accord s’est avéré être un échec. Plutôt que d’enrichir le pays et sa population, cette manne financière du fait de l’arrêt des sanctions économiques a surtout profité au régime et à son influence sur le Moyen-Orient (en Irak, au Liban et en Syrie). Historiquement, les ayatollahs rêvent toujours de rassembler les musulmans de ces pays et de soutenir les communautés chiites qui y habitent, souvent au détriment de sa propre population.

Trump et son administration ont donc décidé de changer de tactique. Sachant que le régime est au plus mal vis-à-vis de sa population – l’économie du pays est à l’agonie – les États-Unis ne visent pas moins que la chute de ce régime vieux de 40 ans, installé suite à la révolution islamique de 1979.

La population locale n’en veut d’ailleurs plus vraiment aux Etats-Unis, ennemi historique construit par le régime, mais bien aux ayatollahs eux-mêmes. Conséquence: une répression qui a fait plus de 1.500 morts côté civil en novembre dernier, hors des caméras puisque le pays a été coupé d’internet.

Pour les États-Unis, c’est clair: le régime de Ali Khamenei n’en a plus pour très longtemps. Ils accentuent donc la pression. La mort du général, véritable numéro 2 du régime, peut paradoxalement se montrer contre-productive. Car Trump vient de franchir une nouvelle étape militaire aux conséquences incertaines. Alors que le volet des sanctions économiques faisait ses effets.

Lire aussi : Les prix du pétrole augmentent suite à l’escalade du conflit américano-iranien

Escalade

Trump a été un peu plus loin dans ses explications: ‘Le général Qassem Soleimani a tué ou gravement blessé des milliers d’Américains ces dernières années. Il avait l’intention d’en tuer beaucoup d’autres… mais il s’est fait attraper! Il était directement ou indirectement responsable de la mort de millions de gens, dont de très nombreux manifestants tués sur le territoire iranien. Même si Téhéran ne l’avouera jamais, Soleimani suscitait la haine et la peur dans le pays. Les Iraniens ne sont pas tristes, comme le pouvoir tente de le faire croire. Il aurait dû être éliminé depuis longtemps!’ Les États-Unis se positionnent clairement du côté de la population iranienne.

Ali Khamenei, guide suprême du régime des ayatollahs.

Mais cette intervention arrive après une série d’événements en cascade: d’abord, la destruction d’un drone américain, ce à quoi Trump a répondu par une attaque sur des installations militaires et non des humains – et cela a été perçu comme un signe de faiblesse. Ensuite, une série de frappes qui a fait 25 morts côté iranien suite à l’attaque d’une base américaine qui a fait un mort (un contractuel) chez les Américains. Des milices financées par l’Iran ont été tenues pour responsables. Et enfin, l’attaque hautement symbolique de l’ambassade américaine en Irak, là encore par des milices pro-iranienne, sans trop de dégâts toutefois.

Cette dernière attaque des États-Unis n’est donc qu’une énième étape dans l’escalade du conflit. Personne ne souhaite vraiment la guerre. L’Iran n’en a d’ailleurs pas les moyens. Mais un régime qui n’a plus rien à perdre sera forcément dangereux. L’Iran possède une capacité de nuisance certaine. Et tout ce qui représente les États-Unis dans la région est en danger.

Source: BusinessAM


Pour aller plus loin...


Logo Business AM

Business AM | La citation du jour