Le gouvernement déconseille officiellement de porter les masques Avrox : 37 millions d’euros à la poubelle ?

Frank Vandenbroucke, ministre fédéral de la Santé (Frederic Sierakowski / Isopix / pool Matthys)

Par mesure de précaution, le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke a conseillé mercredi de ne plus utiliser les masques en textile distribués depuis juin par le gouvernement lui-même. Les pharmacies et l’armée ne peuvent temporairement plus en proposer à la population.

Une étude approfondie de l’institut Sciensano révélé ce mercredi par la RTBF indique que les masques Avrox, distribués par l’État, seraient dangereux pour la santé. Le tissu renfermerait des nanoparticules d’argent et de dioxyde de titane. Ces produits pourraient notamment provoquer des inflammations pulmonaires et d’autres problèmes dans le système respiratoire.

Pour l’instant, l’étude n’indique toutefois pas si ces particules restent dans le tissu ou si elles sont bel et bien respirées par les personnes qui le portent. Toutefois, selon certains experts, plus les masques sont lavés, plus ils risquent de libérer ses particules.

Mais par mesure de précaution, les autorités ont préféré demander à la population de ne plus porter ces masques. Les quelque 4.800 pharmacies qui en ont reçu ne doivent, en outre, plus les distribuer à leurs clients.

10 millions de masques en stock

Cette recommandation ne concerne au final qu’une minorité de la population. Le gouvernement avait en effet commandé 15 millions de masques à l’entreprise luxembourgeoise Avrox. Mais seulement 5 millions ont été distribués. Il reste donc bien 10 millions de masques en stock, dont 7 millions à l’armée et 3 millions dispersés dans les différentes pharmacies.

L’interdiction de distribution est toutefois temporaire. Le gouvernement attend de recevoir des études plus détaillées pour décider de ce qui sera fait de ces masques. S’ils sont finalement jugés inutilisables, les 10 millions de masques en stock pourront être détruits. Et ceux qui utilisaient ces masques pourront les jeter. Ce sont au final 37,5 millions d’euros, à raison de 2,5 euros par masque, qui finiront à la poubelle.