Le futur est déjà là: les courses de voitures volantes débarquent cette année

L’entreprise Alauda Racing vient de dévoiler son prototype de voiture volante électrique. Une compétition sera organisée en Australie, pour tester l’engin à vide, cette année. Et en 2022, de véritables pilotes pourront monter dedans.

L’Airspeeder Mk3 ressemble à une caisse à savon de compétition à laquelle on aurait rajouté des hélices aux 4 coins. Ce n’est pas vraiment la voiture volante qu’on imaginait, puisque le véhicule est plus proche du drone. En terme technique, il s’agit d’un octopère électrique, qui décolle et atterrit donc à la verticale, comme l’explique Futura-Science.

Airspeeder Mk3 (Alauda Racing)

Cette année, bien qu’une place soit prévue pour un pilote, la première compétition de ‘voitures volantes’ se fera sans conducteur dans l’habitacle. Le véhicule sera télécommandé. 10 modèles vont être créés pour l’occasion. Mais aucune date n’a encore été annoncée pour le début de la compétition.

Mais en 2022, finis les télécommandes. Alauda Racing prévoit que des pilotes pourront prendre le contrôle du véhicule et pourront donc voler avec. Les engins perfectionnés pour l’occasion survoleront les fleuves, les déserts et les canyons d’Australie. Cela marquera un véritable tournant dans les sports moteurs, créant ainsi une nouvelle catégorie, les courses aériennes.

Pour l’instant, les courses de voitures volantes ne sont envisagées qu’en Australie. Mais Alauda Racing aimerait en faire un sport mondial. Des discussions ont déjà été entreprises au Royaume-Uni pour exporter la technologie, explique le Daily Mail.

Les capacités de l’Airspeeder

L’Airspeeder est le projet d’Alauda Racing, la start-up de l’Australien Matt Pearson, fondateur de l’entreprise Fleet Space. Mais de nombreux ténors de l’automobile et de l’aéronautique ont participé à la conception du véhicule : Boeing Rolls-Royce, Jaguar, Land Rover, McLaren, etc.

La dernière version de l’Airspeeder, le Mk3, pèse une centaine de kilos, sans le pilote. Il possède un moteur électrique d’une puissance de 96 kW. Cela lui permet d’atteindre une vitesse de 120 km/h.

On est bien loin des Formule 1 que l’on connait aujourd’hui, qui peuvent pousser facilement jusqu’à 330 km/h. Toutefois, Pearson n’hésite pas à comparer son engin à ces voitures ultra rapides. ‘En course, le pilote pourra effectuer les mêmes virages serrés en épingle à cheveux qu’une voiture de Formule 1, mais avec la troisième dimension’, explique-t-il.

Toutefois, cette troisième dimension apporte un danger supplémentaire. Les Airspeeder ont donc été équipées de technologies pour éviter les collisions. Des radars formeront une sorte de ‘champ de force’ repoussant ainsi ceux qui s’approcheraient de trop près.

La course télécommandée de 2021 servira de banc d’essai pour les véritables courses qui commenceront en 2022. Alauda Racing a déjà prévu de sortir une Mk4 avec toutes les améliorations nécessaires dans un an.

Plus
Lire plus...
Marchés
BEL20