Le FMI a un sérieux problème avec le stablecoin Tether : « Un risque potentiel de contagion au système financier mondial »

Il devrait y avoir une réglementation qui aide les investisseurs en crypto à mieux comprendre comment les stablecoins sont pris en charge. Cela permettrait d’éviter, pendant une crise financière, une montagne de dettes accumulées, préconise le Fonds monétaire international (FMI).

Le FMI ne considère actuellement pas les cryptomonnaies comme un risque pour le système financier mondial, bien que, ironiquement, certaines d’entre elles soient conçues pour remplacer un jour ce même système. Ce qui préoccupe le FMI, c’est la valeur de marché croissante des stablecoins et surtout la façon dont le prix d’une telle devise numérique est pris en charge.

Les stablecoins sont des cryptos qui suivent de près le prix des monnaies fiduciaires, telles que le dollar ou l’euro. Ils sont achetés avec de la monnaie fiduciaire et échangés sur des échanges cryptographiques contre des équivalents numériques ou d’autres services cryptographiques. Tether (USDT) , un stablecoin adossé au dollar, a une capitalisation de marché de 68,7 milliards de dollars au moment de rédiger cet article.

Les stablecoins, qui représentent un placement de choix pour de nombreux investisseurs, sont de plus en plus ciblées par les régulateurs. Dans son rapport annuel sur la stabilité financière mondiale ce mois-ci, le FMI a écrit que Tether ne constitue pas une « menace systématique » pour le système financier international. Mais, insistent les rapporteurs du fonds monétaire, les risques liés à l’utilisation du Tether doivent être « étroitement surveillés ». Il doit y avoir des « normes mondiales » pour ces actifs numériques afin de contrer un « risque de contagion » sur les marchés.

Pourquoi Tether et les autres stablecoins seraient-ils si « dangereux » selon le FMI ?

Le rapport indique que les stablecoins présentent un risque potentiel pour les marchés car ces monnaies numériques sont réglementées différemment (voire pas du tout) dans différentes régions du monde. La capitalisation totale de ces jetons digitaux est passée de 20 à plus de 120 milliards de dollars en un an, en partie grâce au boom boursier et aux plans de relance post-pandémie.

En raison de cette valeur en pleine expansion, les différences de réglementations locales et les faiblesses inhérentes à ces stablecoins auraient de plus en plus de conséquences, explique le FMI. C’est que une certaine opacité entoure la formation du prix du Tether, épinglent les rapporteurs.

En effet, les développeurs de Tether soutiennent depuis des années que chacun de leurs coins est adossé à un dollar en banque. Ce qui s’est avéré inexact. Selon un auditeur des îles Caïmans, où la banque de Tether serait située, les réserves de la société crypto sont en réalité constituées de titres négociables, sorte de dettes.

Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale américaine, a déclaré au Congrès que ces titres négociables ne sont pas vraiment une garantie de liquidité. Particulièrement en période de crise financière, il serait particulièrement risqué de s’appuyer sur de tels titres. Powell avait d’ailleurs également noté que les stablecoins devraient être mieux réglementés .

Que propose le FMI ?

Le FMI estime que les stablecoins pourraient être victimes de ventes massives en période financière difficile, ce qui pourrait alors affecter l’ensemble du système financier mondial en raison de leur énorme valeur marchande. Pour étayer cet argument, le FMI souligne le fiasco entourant le lancement avorté du stablecoin IRON, qui s’est effondré en juin avec un investissement majeur du célèbre entrepreneur à succès Mark Cuban. Ces possibles bank runs (ruées sur les comptes en banque pour retirer en cash son argent) peuvent conduire à la vente massive des titres négociables qui constituent les réserves de Tether, ce qui peut à son tour entraîner une pénurie de liquidités, faisant perdre de l’argent aux gens. Et ainsi de suite…

Le système de stablecoins n’a pas encore eu d’impact sur l’ordre financier actuel, note le FMI. Mais cela pourrait changer à tout moment, surtout lorsque trop de cryptos sont achetés sur le même échange. La pression sur une telle plateforme crypto ou un piratage pourrait provoquer l’effondrement du réseau de stablecoins comme un château de cartes, pense l’institution internationale.

Cela étant dit, le FMI ne pense pas à une réglementation trop stricte ou à une interdiction des stablecoins. L’organisation souhaite que les régulateurs étudient davantage ces fintechs particulières et élaborent une réglementation qui puisse garantir que les investisseurs sachent exactement comment leurs avoirs sont garantis.

« Si vous regardez la capitalisation du marché des stablecoins, vous y retrouverez certains des plus grands fonds monétaires offshores. Ce ne sont certainement pas des petits poissons », conclut rapport du FMI.

Plus
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20