Le bras droit de Warren Buffett: « La Chine a raison d’imposer des restrictions à Jack Ma »

Charlie Munger, vice-président de Berkshire Hathaway et bras droit de Warren Buffett, a salué dans une interview accordée à CNBC la décision de la Chine d’imposer une restructuration majeure à Ant Group. La fintech de Jack Ma voulait lever 37 milliards de dollars par le biais d’une IPO (initial public offering). Une opération reportée par Pékin.

La banque centrale chinoise a imposé une restructuration en profondeur à Ant Group en mars. Le régulateur a exigé de l’entreprise qu’elle adopte une attitude plus transparente vis-à-vis du gouvernement. En outre, des exigences de fonds propres plus strictes ont été imposées.

La restructuration nécessaire est intervenue après le report de l’introduction en bourse de Ant Group en 2020. Les autorités chinoises l’ont bloquée à la dernière minute. Certains changements réglementaires sont à l’origine de cette décision. La Chine exige que la société se transforme en holding financier.

« Exemple pour les États-Unis »

M. Munger admire la décision de la Chine d’être aussi stricte avec la société sœur du géant chinois du commerce électronique Alibaba. Selon lui, les États-Unis devraient prendre exemple sur la Chine et « intervenir de manière préventive pour arrêter la spéculation. »

« Nous ne sommes pas obligés d’adopter l’ensemble du système chinois, mais j’aimerais certainement transférer la politique financière aux États-Unis », a-t-il déclaré dans une interview accordée à CNBC. « Le pays a certainement bien agi en imposant des restrictions à Ma ».

À l’époque, les autorités chinoises ont également infligé une amende record de 2,75 milliards de dollars à Alibaba pour pratiques monopolistiques. « Les communistes ont fait ce qu’il fallait. Ils ont simplement attrapé Jack Ma par le col et lui ont dit que de telles choses ne pouvaient être autorisées », a déclaré M. Munger.

Félicitations pour la réponse chinoise au coronavirus

Le bras droit de Warren Buffett a également salué la réponse de la Chine à la pandémie de coronavirus. Le pays a imposé des lockdowns très contrôlés et des restrictions de déplacement généralisées. « Ils viennent de fermer le pays pendant six semaines. Et cela s’est avéré être la bonne décision », a-t-il poursuivi.

De son côté, M. Buffett a déclaré que la crise sanitaire avait principalement touché les plus petites entreprises.

« Je ne sais pas combien, mais plusieurs centaines de milliers ou millions de petites entreprises ont été touchées de manière terrible, mais la plupart des grandes entreprises se sont bien portées, à l’exception de certaines industries », a souligné le milliardaire.

Sur le même sujet:

Plus
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20