La Turquie interdit les paiements en cryptomonnaies

La Turquie va interdire l’utilisation des cryptomonnaies comme moyen de paiement. L’interdiction entrera en vigueur le 30 avril. C’est l’apothéose provisoire de mois de turbulences économiques. Les habitants préféraient même échanger leur devise locale contre des Bitcoins, de l’or ou des monnaies étrangères, explique le Wall Street Journal.

La nouvelle loi interdira précisément aux détenteurs de cryptomonnaies de les utiliser pour des paiements. En outre, les autorités veulent empêcher que les fournisseurs de paiement n’autorisent les transferts d’argent vers les portefeuilles numériques.

La banque centrale turque a déclaré dans un commentaire que le prix des cryptomonnaies était ‘extrêmement volatil’. L’institut appuie également sur le fait que cet argent peut être aussi facilement utilisé pour des activités illégales.

La banque s’est plainte que les actifs cryptographiques ‘ne sont soumis à aucun mécanisme de régulation et de surveillance ni à aucune autorité de régulation centrale’. C’est exactement la première raison de l’existence de ces monnaies.

‘Pas un problème à long terme’

En 2020, la Turquie comptait environ 2,4 millions d’utilisateurs de cryptomonnaie. Le Bitcoin était le plus populaire, selon un rapport de l’Autorité turque des technologies de l’information et de la communication.

La république ‘laïque’ applique depuis longtemps un contrôle strict sur les méthodes de paiements en ligne. PayPal y est notamment interdit depuis 2016.

Ozgur Guneri, le directeur général du service de change, BtcTurk, a déclaré au Wall Street Journal, les nouvelles réglementations n’auraient qu’un impact limité sur son entreprise. En effet, la plupart des propriétaires turcs de cryptomonnaies utilisent les actifs pour stocker de la valeur plutôt que pour effectuer des paiements.

‘Du point de vue de l’utilisateur, ils peuvent continuer à acheter, vendre ou détenir des cryptomonnaies via des plates-formes de niche’, assure Guneri. ‘Je ne vois pas cela comme un problème à long terme.’

Le nouveau règlement interdit les flux d’argent des sociétés de paiement vers les portefeuilles numériques. Cela signifie que les utilisateurs peuvent toujours échanger des devises numériques via les banques. Cette mesure permet au gouvernement d’avoir un plus grand contrôle sur l’utilisation des cryptomonnaies. Cela limitera également leur utilisation dans la vie quotidienne, estiment les experts.

Le gouvernement ne veut pas d’une sortie d’argent hors de Turquie. Ils essaient actuellement de définir ce qu’est une cryptomonnaie. Ils ne veulent pas vraiment le traiter comme une devise’, a déclaré Turan Sert, un chercheur en blockchain d’Istanbul.

Effacement de la livre turque

En Turquie, l’utilisation des cryptomonnaies est devenue plus attrayante à la suite de la baisse de la livre turque ces dernières semaines. En mars dernier, le président Recep Tayyip Erdogan a en effet limogé brusquement le gouverneur de la banque centrale.

Les prix du Bitcoin ont plus que doublé en dollars cette année. Exprimée en livres, cette augmentation est encore plus impressionnante. Vendredi, la valeur d’un Bitcoin était de près d’un demi-million de livres turques. Début de l’année, il n’était que de 215.000 livres. Les recherches Google sur les cryptomonnaies n’ont fait qu’augmenter ces dernières semaines.

En outre, de nombreux Turcs ont converti leurs économies dans la monnaie nationale en or, en dollars et en euros. Cependant, Erdogan a exhorté le public à réinvestir l’or et les devises étrangères dans l’économie turque.

En savoir plus:

Plus
My following
Marchés
Lire plus...
Marchés
My following
Marchés
BEL20