‘La survie d’Airbus est en jeu’, prévient son PDG

Guillaume Faury

Dans une lettre adressée à tous les travailleurs, Guillaume Faury, le PDG français d’Airbus, prévient que l’entreprise ‘perd de l’argent à un rythme sans précédent’. Il va donc falloir réduire considérablement les coûts…

Début avril, le constructeur aéronautique a annoncé que la vitesse de production serait réduite d’un tiers, afin de s’adapter à la demande en baisse à cause de la crise du coronavirus. Les compagnies aériennes doivent se battre pour survivre. Elles repoussent donc les achats de nouveaux engins, explique Guillaume Faury, PDG d’Airbus, dans sa lettre à ses 135.000 employés.

Suppressions d’emplois?

‘Nous perdons de l’argent à un rythme sans précédent, ce qui peut mettre en péril l’existence de notre entreprise’, écrit-il. ‘Maintenant, nous devons agir en urgence pour réduire nos coûts, rétablir l’équilibre financier et, finalement, reprendre le contrôle de notre avenir.’

Et pour cela, il faudra certainement supprimer un nombre important d’emplois. Actuellement, 3.000 travailleurs de l’entreprise sont déjà au chômage temporaire en France.

Double crise chez Boeing

Pendant ce temps, Boeing, le principal concurrent d’Airbus, n’en mène pas large. En plus de la crise du coronavirus, le constructeur doit encore gérer les conséquences de ses gros ennuis avec le 737 MAX.

Une partie de la production a aussi été mise à l’arrêt. De possibles licenciements, allant jusqu’à 10 % des effectifs, sont en discussion. Et l’entreprise est actuellement en pourparlers avec le gouvernement américaine pour pouvoir bénéficier d’aides d’Etat.

Lire aussi: