La grande mutation du dollar : les réserves d’or des banques centrales au plus haut depuis 31 ans

Les banques centrales du monde entier abandonnent rapidement le dollar au profit du métal précieux qu’est l’or.

Les banques centrales du monde entier augmentent fébrilement la quantité d’or qu’elles détiennent. Au total, les réserves de change des banques centrales ont accumulé quelque 4 500 tonnes d’or supplémentaires au cours de la dernière décennie, selon le World Gold Council, une organisation internationale du secteur de l’or.

En septembre de cette année, les réserves d’or totales des banques centrales sont estimées à environ 36 000 tonnes d’or. Ce niveau n’a pas été atteint depuis 1990 et représente une augmentation de 15 % en une décennie, écrit le journal japonais Nikkei Asia.

Inquiétudes concernant un régime monétaire fondé sur le dollar

Cela aurait tout à voir avec la montée mondiale de l’inflation et la perte de valeur du dollar par rapport à l’or. Ce ratio aurait fortement diminué au cours de la dernière décennie en raison des politiques monétaires accommodantes maintenues par les banques centrales jusqu’à fin décembre. Mais entre-temps, l’offre mondiale de dollars aurait fortement augmenté.

La Fed américaine, quant à elle, commence à resserrer son emprise sur les prêts. Mais d’autres banques centrales poursuivent leur virage vers l’or, reflétant les préoccupations mondiales concernant un régime monétaire fondé sur le dollar. L’or ne serait pas non plus directement lié à l’économie d’un pays et serait donc résistant aux turbulences des marchés financiers.

La Banque nationale de Pologne aurait acheté au moins 100 tonnes du métal précieux en 2019 et ne fait qu’en acheter davantage. D’autres économies émergentes achètent également de l’or en masse. Au cours des neuf premiers mois de 2021, la Thaïlande a acquis environ 90 tonnes d’or, l’Inde 70 tonnes et le Brésil 60 tonnes.

Protéger les actifs avec de l’or

La crise du crédit de 2008 a provoqué un exode des investisseurs de tous les types d’actifs, même des obligations d’État américaines. Cela a également entraîné une baisse de la valeur des actifs libellés en dollars. « La confiance dans les actifs en dollars a vacillé », a déclaré Itsuo Toyoshima, analyste de marché, à Nikkei Asia.

Cette crise a également été suivie d’une baisse des taux d’intérêt américains en raison d’un assouplissement monétaire à grande échelle. Par conséquent, la détention d’actifs en dollars est devenue de moins en moins avantageuse. Les banques centrales des économies émergentes dont la cote de crédit est faible ont donc commencé à couvrir leurs propres actifs avec de l’or.

Aujourd’hui, la part du dollar dans les réserves de change est en fait en baisse, tandis que celle de l’or est en constante augmentation. L’année dernière, la part du dollar dans les réserves de change est tombée à son plus bas niveau depuis 25 ans.

Pendant ce temps, le prix de l’or reste assez fermement en selle, bien que le métal soit toujours considéré comme peu résistant aux hausses de taux. La semaine dernière, l’or a enregistré un prix de 1 807 dollars l’once. Cela représente une augmentation de 2 % par rapport à la situation qui prévalait juste avant que la Fed américaine n’annonce, le 15 décembre, qu’elle allait accélérer le dénouement de sa politique monétaire accommodante.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20