La Californie en feu, 23 incendies majeurs, 300 plus petits et des milliers de personnes évacuées

(Isopix)

Depuis le début du mois d’août, la Californie tente de combattre les incendies sans succès. Mardi, le gouverneur a dû déclarer l’état d’urgence afin que toutes les ressources soient déployées pour mettre fin aux feux.

Au cours de la seule journée de mercredi, 23 incendies majeurs et plus de 300 plus petits ont été signalés. Plus de 5.600 hectares sont actuellement en feu. Si la région est habituée aux incendies au cours de la période chaude — fin de l’été, début de l’automne — cette année est bien plus catastrophique que les autres. Le gouverneur Gavin Newsom a déjà compté 6.754 incendies cette année, explique The New York Times. À la même période, l’année passée, il y en avait un peu plus de 4.000.

En cause, les fortes chaleurs et les orages. Ce dimanche, la Vallée de la mort, site emblématique de Californie, a enregistré l’une des températures les plus chaudes jamais relevées sur terre. Il faisait 54,4 °C. La vague de chaleur qui touche l’État est tout simplement historique. En outre, qui dit fortes chaleurs, dit souvent orage. La foudre est tombée 11.000 fois sur le sol californien en 72 heures, ce qui a causé des centaines de nouveaux incendies.

(Isopix)

Coronavirus

Cette situation exceptionnelle est rendue encore plus compliquée par l’épidémie de coronavirus qui touche le pays.

Tout d’abord, pour la gestion des personnes évacuées. Il n’est plus possible de mettre tout le monde dans le gymnaste d’un lycée protégé du feu. L’épidémie reprendrait de plus belle. Il faut donc installer tout le monde dans des hôtels, des AirBnB, des dortoirs universitaires, etc. Cela demande beaucoup plus d’organisation et de temps. Des habitants réveillés en plein milieu de la nuit pour évacuer leur maison, en proie aux flammes, doivent parfois attendre des heures sur le parking de l’école pour savoir où ils vont être relogés.

Mais la situation sanitaire prive aussi l’État de nombreux pompiers. Dans les prisons, certains détenus affectés aux services d’urgence chez les pompiers ont été soit libérés, soit mis en quarantaine à cause de l’épidémie de Covid-19. Sur les 190 brigades de prisonniers que comptait l’État, il n’en reste plus que 90.

(Isopix)

Pour ne rien arranger, les fumées des incendies pourraient aggraver l’épidémie du coronavirus. Elles pourraient rendre la population plus vulnérable à cette maladie qui touche les voies respiratoires. La pollution atmosphérique est souvent citée comme un facteur accélérant la propagation du virus, mais le rend aussi beaucoup plus mortel.

Coupure d’électricité

Et pour compléter ce tableau presque apocalyptique, la Californie connaît de nombreuses coupures d’électricité. Tout le réseau est en pleine transition. Les fournisseurs passent d’une électricité produite par des combustibles fossiles à une énergie plus verte. Et cela cause des pannes sur le réseau qui trouble toute l’organisation des services de secours.

Cet été 2020 est un véritable cauchemar pour les Californiens.