La Banque centrale chinoise met ses menaces à exécution et appelle à la fermeture d’une entreprise liée aux cryptos

La Banque centrale de Chine a appelé ce mardi à fermer une entreprise « soupçonnée de fournir des services logiciels pour les transactions en monnaie virtuelle ». Dans sa déclaration, la Banque populaire de Chine avertit une nouvelle fois les institutions bancaires de ne pas fournir de services liés aux crypto. Y compris la fourniture de locaux commerciaux ou même marketing, rapporte la CNBC.

Une traque qui ne date pas d’hier

La Chine fait la guerre aux crypto depuis longtemps déjà. Dès 2013, le pays ordonnait aux fournisseurs de paiement de cesser d’utiliser le Bitcoin. En 2017, il était interdit de vendre des cryptomonnaies. Des mesures qui n’était pas forcément suivies avec rigueur.

2021 a sonné une charge beaucoup plus intensive: toutes les institutions financières ou sociétés de paiement devaient cesser leurs services liés de près ou de loin aux cryptomonnaies. Alipay et Weibo, notamment, étaient dans le collimateur de Pékin et ont dû s’exécuter.

Et puis il y a eu la fermeture des fermes à crypto dans plusieurs régions du pays. Accusées d’utiliser trop d’électricité, les mines ont dû cesser leurs activités, créant une fuite des mineurs à l’étranger. Certains rapports estiment que 50% de l’activité de minage a cessé en Chine.

Désormais, la Banque centrale appelle les autorités à fermer une entreprise liée au crypto. Nouvelle preuve que Pékin met ses menaces à exécution.

Pourquoi cette intensification soudaine contre les crypto ?

  • Les cryptomonnaies ont mauvaise réputation en Chine, car souvent liées à des actes criminels ou à de grandes escroqueries.
  • La lutte contre les crypto ferait aussi partie de campagne médiatique qui entoure le centenaire du Parti communiste chinois.
  • La raison la plus fondamentale, c’est l’envie pour Pékin de tout contrôler. Contrôler une classe moyenne qui s’enrichirait de manière incontrôlée, contrôler un marché financier qui lui échappe car décentralisé.
  • Imposer son Yuan numérique: un moyen de reprendre le contrôle de ce marché est certainement le projet du Yuan numérique lancé dès 2014. Il s’agit de la monnaie numérique de la Banque centrale chinoise. Elle permettrait sans doute à Pékin de mieux surveiller les dépenses en temps réel.
  • Ces restrictions sont aussi un moyen d’éviter une fuite des capitaux à l’étranger via des stablecoins ou des cryptomonnaies.

Le marché s’habitue

Les premières attaques en ligne de la Chine ont fortement perturbé le marché des crypto au printemps dernier, avec des tableaux rouge sang. Mais depuis, les pièces numériques, dont le Bitcoin, semblent s’être habituées. Certains estiment même que cette répression chinoise est un rite de passage obligé. Cela signifie tout simplement que les monnaies numériques sont prises aux sérieux et ont quitté leur adolescence.

CoinMarketCap à 9h50 ce 07/07/2021.

Pour aller plus loin:

Plus
My following

Beursupdate: Brussel hoger van start gegaan

07/12/2021 08:09

(ABM FN) De Brusselse beurs is dinsdagochtend hoger van start gegaan. Kort na de beursbel steeg de Bel20 index 0,7 procent naar 4.211,51 punten. 

In de hoofdindex trok Galapagos de kop met een stijging van 5,7 procent, nadat Kempen het aandeel op de kooplijst plaatste. 

Melexis steeg 3,3 procent. 

Ageas daalde daarentegen 1,2 procent. Volgens Bloomberg is BE Group van plan om opnieuw een bod op de verzekeraar uit te brengen. 

Lire plus...
Marchés
Lire plus...
Marchés
My following
Marchés
BEL20