La baisse des prix des voitures ne serait pas une bonne chose, prévient Cathie Wood : la déflation se dessine à l’horizon

La stratégie de la Fed pour faire baisser l’inflation américaine pourrait avoir de nombreux effets « positifs », notamment au niveau des prix des voitures neuves et d’occasion, prévient Cathie Wood. A première vue, cela serait plutôt une bonne chose, mais quand on y regarde de plus près, pas tout à fait.

Alors que les prix de voitures neuves et d’occasion ont grimpé en flèche au cours des derniers mois, nourrissant l’inflation américaine, la célèbre et médiatisée investisseuse Cathie Wood s’attend à une baisse significative de ces prix au cours des prochains mois. Elle estime en effet que si la Réserve fédérale intensifie sa lutte contre l’inflation américaine, cela pourrait avoir des conséquences sur les prix des véhicules, mais aussi sur les marchés.

Rien qu’au cours de cette année, les prix des véhicules neufs et d’occasion ont grimpé de 17%, faute à l’inflation, certes, mais également aux problèmes au sein de la chaine d’approvisionnement qui ralentissent la production et donc augmentent la demande des voitures d’occasion. Or, l’offre est limitée, ce qui fait grimper les prix.

Cependant, la stratégie adoptée par la Fed pour contrer l’inflation repose sur l’augmentation des taux d’intérêt, afin de pousser les consommateurs à moins dépenser et donc, à éviter les prêts. De quoi faire baisser la demande pour des véhicules et ainsi entrainer une baisse significative des prix.

L’arbre qui cache la forêt

A première vue, cela semble une bonne chose, mais une chute importante des prix des voitures neuves et d’occasion pourrait avoir des conséquences collatérales désastreuses qui pourraient entrainer une déflation qui est le signe d’un affaiblissement de l’économie.

Les entreprises automobiles et prêteurs pourraient en effet voir leurs commandes diminuer et donc, par la même occasion, leurs revenus chuter. Une baisse significative de leurs actions et chiffres d’affaires n’est pas à exclure, ce qui ne serait pas bénéfique pour l’économie américaine.

« Tel que mesuré par le Manheim, les prix des voitures d’occasion ont chuté de 4 % en août (environ 50 % en taux annuel !), ont chuté de 10 % depuis le pic de janvier, et si les véhicules électriques sont aussi perturbateurs que nous le pensons, ils pourraient être réduits de moitié, atteignant des creux jamais vus depuis le grand krach financier de fin 2008 », a-t-elle ajouté sur Twitter.

Les prochains appels aux résultats des entreprises automobiles et des prêteurs doivent être suivis avec attention, car ils donneront un aperçu de la tendance. La plupart des voitures sont en effet achetées par le biais d’un financement. Or, selon l’investisseuse, contrairement à la crise de 2008-2009, les consommateurs seraient plus enclins à payer leurs prêts hypothécaires plutôt qu’automobiles s’ils sont confrontés à un choix, ce qui pourrait mettre les prêteurs dans une position délicate.

Pour Cathie Wood, la stratégie de la Fed est donc une erreur, car elle pourrait ralentir l’économie inutilement. Elle estime en effet que l’inflation a atteint un pic – ou n’est pas loin de le faire – et donc, qu’elle devrait baisser prochainement.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20