JP Morgan se prépare à un défaut de paiement de dette des Etats-Unis: « La dernière fois, ça nous a coûté 100 millions de dollars »

Jamie Dimon, président-directeur général de la banque JP Morgan Chase, a déclaré que son entreprise se préparait à l’éventualité d’un défaut de paiement de la dette des États-Unis. Il décrit ce scénario comme « potentiellement catastrophique » – mais ajoute qu’il espère que les législateurs trouveront un moyen de résoudre la crise, selon Business Insider.

Pourquoi est-ce important ?

La secrétaire d'État au Trésor, Janet Yellen, a récemment averti dans les médias financiers que le Trésor américain était à court d'argent. À partir de ce moment-là, le gouvernement fédéral ne sera plus en mesure de payer ses factures. Le trésor presque vide est lié au système américain du plafond de la dette. Une fois ce dernier atteint, le Congrès ne permettra pas au Trésor de s'endetter davantage.

« C’est environ la troisième fois que nous devons faire cela (se préparer aux défauts de paiement des États-Unis, ndlr). C’est un événement potentiellement catastrophique », a déclaré M. Dimon à Reuters, avant une cérémonie d’inauguration à Washington de l’un des sites les plus récents de sa banque.

Le haut responsable de JP Morgan a déclaré à Reuters qu’une telle chose affecterait les marchés du « Repo » et monétaires. Ainsi que la réaction des agences de notation. Sa banque a commencé à revoir les contrats avec les clients, un processus qui nécessite des ressources importantes.

« Il faut vérifier les contrats pour essayer de le prévoir. … Si je me souviens bien, la dernière fois que nous nous sommes préparés à cela, cela nous a coûté 100 millions de dollars », a-t-il déclaré.

Plafond de la dette

M. Dimon a déclaré qu’il soutiendrait un projet de loi dépassant les clivages partisans et visant à abolir complètement le plafond de la dette.

« Chaque fois que cette question (un défaut de paiement sur la dette américaine, ndlr) est soulevée, elle est résolue, mais nous ne devrions jamais en être aussi proches », a-t-il souligné. « Je pense simplement que tout cela n’est pas correct et qu’un jour, nous devrions simplement avoir un projet de loi dépassant les limites des partis et abolissant le plafond de la dette. C’est de la politique. »

Les républicains du Sénat américain ont rejeté lundi soir un projet de loi adopté par la Chambre des représentants qui aurait permis de relever le plafond de la dette et d’éviter un shutdown du gouvernement.

Les démocrates, quant à eux, s’empressent de relever la limite d’emprunt du gouvernement, qui s’élève à 28.400 milliards de dollars. Ils ont jusqu’au 18 octobre pour le faire.

La secrétaire au Trésor, Janet Yellen, a elle aussi réitéré son appel au bipartisme. La démocrate a déclaré aux législateurs qu’elle chercherait à épuiser les mesures extraordinaires si le Congrès n’agissait pas à cette date pour relever ou suspendre la limite de la dette.

Préoccupation

Si les analystes sont convaincus que la crise sera évitée, certains, dont Chris Zaccarelli, directeur des systèmes d’information chez Independent Advisor Alliance, ont exprimé leur inquiétude, rapporte Insider.

« Très probablement, le Congrès relèvera le plafond de la dette avant la fin de la semaine ou la Réserve fédérale pourrait intervenir et utiliser des mesures extraordinaires », a-t-il déclaré par courriel. « Il n’en reste pas moins que c’est un signe des temps dysfonctionnels que les républicains ne se rallient pas aux démocrates pour approuver un relèvement du plafond de la dette. »

Le plafond de la dette est une pomme de discorde entre les deux partis depuis qu’il a été introduit en 1917 pour encourager le gouvernement à emprunter moins. Le Congrès a le pouvoir de relever ou de suspendre ce plafond de la dette, ce qui s’est produit près de quatre-vingts fois dans l’histoire.

Pour aller plus loin:

Plus
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20