Janssen Pharma (Johnson & Johnson) doit lui aussi interrompre les essais de son vaccin pour ‘une maladie inexpliquée’

isopix

Un sujet participant à l’essai clinique sur le vaccin contre le coronavirus de Johnson & Johnson a contracté une ‘maladie inexpliquée’. Avant que l’étude ne puisse aller plus loin, les causes de la pathologie doivent d’abord être identifiées.

Janssen Pharmaceutica est la filiale belge du géant Johnson & Johnson. De nombreuses recherches expérimentales sont menées dans notre pays, notamment sur le vaccin contre le nouveau coronavirus développé par la firme pharmaceutique américaine. Mais ces essais sont désormais suspendus pour une durée indéterminée. Cette interruption n’a toutefois rien d’exceptionnel. Le rival AstraZeneca avait également dû brièvement mettre ses tests en pause le mois dernier.

Phase finale

Le candidat vaccin de Johnson & Johnson contre le Covid-19 a été testé sur 60.000 volontaires à travers le monde au cours du mois dernier. Cela fait partie de la troisième et dernière phase des essais cliniques: l’efficacité du vaccin est testée sur un large échantillon de personnes, de sorte que les effets sur différents groupes puissent être évalués.

Johnson & Johnson doit publier ses résultats trimestriels ce mardi. Un timing loin d’être idéal compte tenu de l’interruption des tests. Mais d’un autre côté, la société est l’une des rares à pouvoir revendiquer un vaccin fonctionnel. Les résultats de la troisième phase des essais cliniques sont attendus pour la fin de cette année ou le début de l’année prochaine.

Combien de temps faut-il pour développer un vaccin?

En temps normal, il faut dix à quinze ans pour qu’un vaccin passe du laboratoire à la pharmacie. Toutefois, certaines entreprises, comme Johnson & Johnson, ont pu s’appuyer sur des technologies déjà existantes. Mais même dans ce cas, voir un vaccin débarquer sur le marché en seulement une année constituerait un tour de force pharmaceutique sans précèdent. Jusqu’ici, le vaccin le plus rapidement mis au point avait nécessité quatre ans, dans les années 1960. Il est d’ailleurs toujours utilisé, sous une forme modifiée, contre les oreillons.

Janssen Pharma voudra relancer ses essais dès que possible. Non seulement parce que le monde aspire à un vaccin contre le Covid-19, mais également parce que la concurrence n’est pas loin. Moderna en est également à la troisième phase de ses recherches cliniques, tout comme AstraZeneca, entre autres.

Le géant Pfizer, en collaboration avec l’allemand BioNTech, travaille aussi sur un candidat vaccin, basé sur l’ARNm, tout comme AstraZeneca.

Et puis, bien sûr, il reste encore le mystérieux vaccin russe, qui lui devait être disponible dans le courant de ce mois-ci.

Lire aussi: