Interdire les cryptos ? « Vous n’atteignez pas une telle capitalisation boursière avec seulement de l’argent sale »

Il y a encore beaucoup d’obstacles à surmonter avant que les cryptomonnaies ne soient largement acceptées et utilisées. Une crainte préoccupe de plus en plus les investisseurs privés: l’innovation crypto ne sera-t-elle pas étouffée par la volonté de réglementation des gouvernements du monde entier? Pour y voir plus clair, Business AM s’est entretenu avec l’avocat fiscaliste Thomas Spaas – un expert de l’industrie du bitcoin, résidant à Anvers. Première partie.

Business AM: La crypto a longtemps eu une connotation négative. Pour beaucoup, ce monde reste encore obscur. Par exemple, les actifs numériques seraient utilisés pour blanchir de l’argent, dans des trafics de drogue, dans toutes sortes de transactions louches sur le dark web… Toutes ces situations qui exigent l’intervention de gouvernements.

Thomas Spaas : Certes au début, il y avait effectivement toutes sortes de situations louches. Il y avait Silk Road, l’un des premiers marchés de drogue en ligne, où beaucoup de ventes ont été payés en cryptos. Les gens se sentaient intouchables. C’était le Far West, c’était une époque sombre comme le dark web. Bien sûr, la mafia, le crime organisé, utilisent toujours avec avidité les derniers gadgets du marché, qu’il s’agisse de sous-marins, de drones, ou… de bitcoins. Les criminels vont essayer d’exploiter cela. Alors certainement, au début, de mauvaises choses se sont produites. Les estimations varient quant à la quantité d’argent en circulation à l’époque.

Surtout au début, dites-vous. Mais plus maintenant?

Maintenant, de l’eau a coulé sous les ponts. Nous sommes des années plus tard, à plus de dix ans plus tard. Regardez le prix de la crypto : vous n’atteignez pas de tels prix, vous n’atteignez pas une telle market cap s’il s’agissait seulement d’argent sale.

Oui, certainement au début, il y avait beaucoup d’argent noir. Ceux qui pensaient que c’était un fantastique outil de blanchiment d’argent reviendront les mains vides. Supposons maintenant que vous ayez un deal de drogue. L’argent comptant est aussi noir que de la suie, pour ainsi dire. Et le criminel se dit « Oui, je peux blanchir ça avec du Bitcoin. » Alors il prend ses billets et les transforme en bitcoins… Et qu’a-t-il blanchi maintenant ? Il n’a rien blanchi, nous avons toujours le même problème qu’avant. 

Ce que cela pourrait aider, bien sûr, c’est d’effacer les traces. Après les billets que le criminel a reçus lors de la transaction de drogue, il a maintenant des bitcoins entre les mains. Il a donc rendu leur traçage un peu plus difficile. Mais l’argent n’est toujours pas sur son compte bancaire… La mafia a vite compris que ce n’était pas le véhicule idéal. Ce que fait la mafia pour envoyer de l’argent au-delà des frontières, c’est sous-facturer ou surfacturer de biens ou de services. Ils ne vont pas utiliser les cryptomonnaies pour cela.

Cependant, il existe d’autres activités criminelles qui utilisent la cryptographie. Les ransomwares, par exemple.

Sans cryptos, est-ce que cela aurait-il connu un tel essor? Eh bien, les ransomwares existaient déjà avant les cryptos. Je ne sais pas comment les gens transféraient leur argent à l’époque, mais cela devait être avec des comptes fantômes. Alors oui, la crypto rend cela plus facile. Mais… ça existait déjà avant. Ensuite, il y a bien sûr le trafic de drogue à petite échelle. Des nerds qui, pour le dire crûment, ne veulent pas acheter leur drogue dans la rue. Mais nous devons voir les problèmes dans les bonnes proportions.

Alors vous dites : c’est en fait trop encombrant pour les criminels ?

Ce n’est pas la magie qui résout tout. Vous avez déplacé votre argent, mais vous ne l’avez pas réinjecté dans le système. En fait, vous vous rendrez souvent plus suspect en le convertissant en bitcoin qu’en essayant de le blanchir d’une autre manière.

Dans la prochaine partie de cette série d’interviews, nous examinerons l’actualité de la réglementation crypto: la plus grande bourse de cryptomonnaies au monde, Binance, est dans l’œil de la tempête et l’Union européenne met sur la table des propositions de réglementation par le biais de divers organes. À suivre…

Lire aussi:

Plus
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20