« Il est peut-être encore possible de sauver l’Afghanistan »

Les talibans prennent le contrôle de l’Afghanistan avec une grande violence et à un rythme effréné. La prise du pouvoir semblait inévitable après la décision des États-Unis de retirer leurs troupes du pays. Les Américains s’entendent dire tous les jours qu’ils n’en font pas assez pour aider. Un commentaire de The Economist.

Pourquoi est-ce important ?

Pour éviter une nouvelle crise des réfugiés, il faut empêcher les talibans de prendre le contrôle de l'Afghanistan.

Sans subir de nombreuses pertes, les troupes américaines ont formé pendant des années un mur entre le gouvernement afghan et les talibans. En grande partie grâce à l’US Air Force. L’année dernière, alors que Donald Trump était encore président, les États-Unis ont conclu un accord avec les talibans. En échange d’une série de promesses de la part de ces derniers, notamment celle de rompre leurs liens avec Al-Qaïda, l’armée américaine a promis de se retirer complètement d’Afghanistan.

Cependant, les talibans n’ont jamais pleinement honoré aucune de ces promesses. Pas de cessez-le-feu pendant les négociations, ni de pourparlers de paix avec le gouvernement afghan. Mais cela n’a pas eu beaucoup d’importance: Trump voulait une fin rapide à ce déploiement de 20 ans. Et Joe Biden s’est rallié à cette décision.

A la hâte et en urgence

La précipitation des Américains à partir a permis aux talibans d’abandonner tout semblant de négociations. Leur campagne contre le gouvernement afghan s’est intensifiée. La semaine dernière, les insurgés ne contrôlaient aucune des 34 capitales provinciales. Depuis lors, ils en ont capturé neuf. La dernière en date est la ville de Ghazni, à 150 km de Kaboul. Trois des plus grandes villes du pays, Herat, Kandahar et Mazar-i-Sharif, sont attaquées. Maintenant que les États-Unis n’ont plus d’avions militaires sur place, ils ne peuvent plus repousser ces attaques. En outre, de nombreux mécaniciens qui contribuaient à l’entretien des avions de l’armée de l’air afghane sont partis avec les Américains. Ce qui a encore réduit la puissance de feu du gouvernement local.

Si cela continue ainsi, l’Afghanistan sera catapulté dans les années 1990. La dernière fois que les talibans étaient au pouvoir, ils empêchaient les filles d’aller à l’école, confinaient les femmes aux tâches ménagères et battaient quiconque écoutait de la musique ou portait les mauvais vêtements. Ils n’ont pas beaucoup changé depuis. Dans les zones qu’ils occupent maintenant, ils assassinent des fonctionnaires et des travailleurs d’ONG. Ils ordonnent aux familles de leur remettre leurs femmes célibataires pour les « marier » avec leurs troupes.

La balle est dans le camp de Biden

Si les talibans parviennent à nouveau à se hisser au pouvoir, ils ne se contenteront pas de maltraiter les Afghans. Toute la région en souffrira. L’Afghanistan est déjà le premier producteur mondial d’héroïne, un commerce que les talibans aiment taxer. Elle exporte également des millions de réfugiés et la violence extrémiste.

Au lieu de prendre des mesures collectives, les puissances régionales se désagrègent maintenant en se battant pour des avantages personnels. Les appels à l’aide du peuple afghan sont presque insupportables, mais l’Amérique se retire quand même. Cette semaine, M. Biden a déclaré que c’était à l’armée afghane de se battre pour elle-même, pour sa nation.

Le gouvernement afghan s’effondrera sûrement. Les États-Unis pourraient encore arrêter tout cela sans pour autant devoir réinstaller une armée permanente. Ils pourraient, par exemple, déployer des forces spéciales pour de courtes missions afin de renforcer l’armée afghane. Ils pourraient augmenter le soutien aérien ou convaincre les pays voisins d’autoriser un accès temporaire aux avions américains. Biden pourrait envoyer le signal qu’il n’a pas l’intention d’abandonner l’Afghanistan à son sort – une impression qui, plus que tout, accélère l’avancée des talibans.

Les États-Unis n’ont pas réussi jusqu’à présent à transformer l’Afghanistan en une démocratie florissante. Mais ils peuvent encore empêcher le pays de retomber dans une théocratie violente, qui alimentera une nouvelle crise des réfugiés.

Pour aller plus loin:

Plus
Lire plus...
Marchés