Pourquoi les héritiers de milliardaires du pétrole financent des actions radicales pour le climat : « C’est une question de pouvoir »

Il ne semble pas se passer une semaine sans une action de protestation téméraire visant à attirer l’attention sur le changement climatique. Les critiques dénoncent le fait que ces actions sont coordonnées de manière centralisée. Il est fait référence au Climate Emergency Fund, basé aux États-Unis, qui, selon son site web, « soutient les activistes courageux qui éveillent le public à l’urgence climatique ». Parmi les bailleurs de fonds, un nom surprenant : Aileen Getty, héritière de l’une des plus grandes fortunes pétrolières américaines.

Pourquoi est-ce important ?

Les héritiers des milliardaires qui ont amassé leur fortune en extrayant des combustibles fossiles apparaissent souvent parmi les financiers des mouvements climatiques. Ce faisant, ils se jettent dans la mêlée contre l'industrie qui a autrefois fait la richesse de leurs familles.

Des tableaux de Van Gogh, Monet, Klimt barbouillés de soupe à la tomate, de purée de pommes de terre ou de peinture noire : ces derniers mois, les activistes climatiques semblent nombreux dans les galeries d’art européennes. Pieter Cleppe, rédacteur d’opinion, a écrit un article sur ces « performances » qu’il considère contre-productives par leur recours à la violence physique et au vandalisme.

Le point de cet article, cependant, est que cet « activisme » coûte de l’argent. Tant pour la soupe à la tomate à barbouiller sur le tableau que pour la campagne de médias sociaux visant à faire connaître le groupe, quelqu’un a mis la main à la poche.

Pétrole

L’organisation allemande de lutte contre le changement climatique Last Generation, controversée en raison de la mort d’un cycliste lors d’une de ses manifestations à Berlin, indique sur son site web qu’une grande partie du financement du recrutement et de la formation de ses membres provient du Climate Emergency Fund.

Ce fonds a injecté plus de sept millions de dollars dans des dizaines de mouvements climatiques en Europe et aux États-Unis depuis sa création il y a environ deux ans, écrit le quotidien autrichien Der Standard. Parmi les bénéficiaires de ce capital figurent les groupes « Extinction Rebellion » et « Just Stop Oil », basés au Royaume-Uni, ce dernier étant aujourd’hui plus connu pour ses actes de vandalisme sur des peintures. Un autre bénéficiaire du fonds est « Scientist Rebellion », une organisation sœur d' »Extinction Rebellion ».

La fondatrice du « fonds d’urgence climatique » ? Aileen Getty. Elle est la petite-fille de J. Paul Getty, qui a jeté les bases de Getty Oil en 1942, est devenue l’une des plus grandes compagnies pétrolières américaines dans les années qui ont suivi. L’héritière du magnat du pétrole utiliserait environ un million de dollars de sa fortune personnelle pour maintenir à flot des groupes comme « Just Stop Oil ».

Et elle n’est pas la seule à soutenir les protestations contre le changement climatique avec un tel passé. Les Rockefeller, qui, comme les Getty, doivent au pétrole leur fortune d’un milliard de dollars, injectent également des millions de dollars dans un fonds d’urgence similaire : la campagne Equation.

Lutte des classes

« Il est assez courant que des personnes ayant hérité de richesses et de fortunes financent des mouvements environnementaux », affirme l’auteur américain Michael Shellenberger. L’ancien écologiste connaît très bien les milieux sociaux en cause. « Cela se passe surtout ici, en Californie. Il y a la fondation Hewlett, la fondation Packard, la fondation Gordon Moore. Il y a juste beaucoup de vieilles richesses par rapport aux normes américaines. »

Michael Shellenberger est l’un des fondateurs de l’écomodernisme, un mouvement qui adopte la technologie et la croissance économique comme réponse à la crise climatique. Ces dernières années, il s’est révélé être un critique acerbe du mouvement en faveur du climat, même si, à leur tour, ses détracteurs estiment qu’en tant que militant du nucléaire, il est surtout là pour faire avancer le lobby de l’atome. Shellenberger a été qualifié de « héros de l’environnement » par le Time Magazine pour son travail.

« C’est de l’argent ancien, qui veut toujours repousser l’échelle de l’argent nouveau », affirme M. Shellenberger. « Cela a à voir avec le pouvoir et la lutte des classes, pour garder la distance entre les richesses établies et les nouvelles. Ce qui est sinistre dans tout cela, c’est que le résultat final est que la classe ouvrière et les pauvres sont privés d’une énergie bon marché. Marx avait tort sur de nombreux points, mais il avait, avec sa lutte des classes, bien compris que les gens utilisent la politique pour promouvoir leurs intérêts de classe. »

Le philosophe allemand Karl Marx, qui a vécu au XIXe siècle et est considéré comme le père du communisme, a défini la société comme une lutte constante entre les différentes classes sociales ; selon lui, la noblesse, la bourgeoisie et le prolétariat.

Mais alors, pourquoi vandaliser des œuvres d’art ? « Ostensiblement, la sélection d’œuvres d’art est une façon de dire : « La terre est belle, pourquoi ne pas s’en préoccuper davantage ? ». C’est aussi intéressant parce que les musées sont absolument un espace bourgeois. Ce sont des espaces de richesse, et je pense que cela signifie qu’avec ces actions, ils ont voulu perturber la vie d’autres personnes riches et de personnes ambitieuses de la classe moyenne supérieure. »

Un monde plus chaud de deux degrés

Quoi qu’il en soit, la protestation contre le changement climatique ne semble pas près de s’éteindre. Même avec des méthodes plus extrêmes, certains estiment que les militants réussissent mieux à faire passer leur message.

« Ces groupes d’activistes sont efficaces pour sensibiliser les gens », estime Ben Constable-Maxwell, responsable des investissements durables chez le gestionnaire d’actifs M&G Investments. « Extinction Rebellion, par exemple, a été très efficace pour sensibiliser et faire évoluer les politiques publiques. »

De plus, « l’argument qu’ils avancent souvent dans leurs actions est le suivant : je sais que c’est perturbant et gênant maintenant, mais comparez cela à la perturbation et au désagrément d’un monde plus chaud de deux degrés et demi, trois degrés, ou même seulement deux degrés ».

Le question que des actions climatiques encore plus téméraires ne soient pas aussi susceptibles d’allumer la mèche d’un contre-mouvement climato-sceptique doit toutefois être posé.

MB

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20