Grâce présidentielle : la Maison Blanche soupçonnée de malversations, le Département de la Justice ouvre une enquête

Donald Trump
Donald Trump – Isopix

Alors que Donald Trump a gracié mercredi dernier son ancien conseiller à la sécurité nationale, Michael Flynn, le Département de la Justice a ouvert une enquête sur des transactions douteuses: des pots-de-vin auraient été versés à la Maison-Blanche en contrepartie d’une grâce présidentielle. Donald Trump, qui a qualifié l’enquête de ‘fake news’, nie ces allégations.

L’affaire jaillit au milieu d’une saga qui n’en finit pas. Le scandale est le dernier rebondissement en date dans l’actualité tumultueuse du président. Alors que plusieurs conseillers de Trump ont été condamnés pour des délits fédéraux, il semblerait que Trump ait décidé de grâcier ceux qui lui ont été fidèles, mais pas sans contrepartie

Hier, le département de la Justice a annoncé mener une enquête sur des potentiels pots-de-vin. Un rapport de 20 pages indique que des lobbyistes et des avocats auraient fait ‘des contributions substantielles à une campagne effectuée dans le passé’ en vue d’une grâce.

Aucune date n’est mentionnée et le nom du président n’est pas décliné dans le document, mais l’information est révélée à un moment clé de la fin du mandat du président. Alors qu’il a déjà gracié son ancien conseiller Michael Flynn la semaine dernière, on s’attend à ce que davantage de personnes en bénéficient.

Dans le passé, le président Trump a accordé sa grâce à plusieurs personnages politiques, comme son ancien conseiller de campagne Roger Stone, l’ancien shérif Joe Arpaio, et le militant républicain Dinesh D’Souza. En tout, durant son mandat, il aurait accordé 29 grâces et commué les peines de 16 personnes. Des rumeurs laissent entendre qu’il envisagerait même de se faire gracier lui-même. 

Trois personnes soupçonnées

Les informations dévoilées dans le rapport laissent penser que le juge Beryl Howell avait déjà ouvert une enquête en août dernier. Selon les archives du tribunal, à la fin de l’été, une équipe d’investigation aurait même été mobilisée dans le but de s’assurer que les procureurs ne reçoivent pas de preuves entachées d’irrégularités.

Les enquêteurs ont indiqué au tribunal que leurs soupçons se portaient sur trois personnes en particulier mais à ce jour, les individus en question n’auraient pas (encore) été inculpés.

De son côté, la Maison Blanche a refusé de commenter l’information. Donald Trump, lui, nie fermement ces accusations.