Enthousiasme modéré sur les marchés suite à l’accord commercial entre la Chine et les USA

Le vice-Premier ministre chinois Liu He et le Président américain Donald Trump ont signé mercredi la première phase de l’accord commercial. (Isopix/Stefani Reynolds)

Tous les index boursiers sont passés au vert cette nuit. Certains ont même atteint de nouveaux records après la signature de la phase 1 de l’accord entre les USA et la Chine. Les analystes parlent pourtant d’un enthousiasme modéré. Le traité ne touche en effet pas à des questions critiques.

Le plus grand indice boursier du monde, le Morgan Stanley Capital International (MSCI), a ouvert 0,04 % plus haut, après avoir fermé hier à un niveau record. Au Japon, le Nikkei, l’indice asiatique le plus connu, a augmenté de 0,14 %. Les actions australiennes, quant à elles, ont ouvert avec un taux 0,6 % plus haut qu’hier.

A Wall Street, le S&P 500, indice où se trouvent toutes les plus grandes entreprises américaines, a terminé hier soir sur un record de 3.289,3 points. La hausse a été assez faible: 0,19 %, après que le marché se soit redressé pendant plusieurs mois dans l’espoir d’un accord.

Actuellement, la logique générale sur les marchés est de réagir positivement tout en gardant une certaine prudence. Les records atteints récemment s’expliquent par l’augmentation continue du cours du marché fin 2020 et début 2021, après une très bonne année en 2019.

D’importantes questions non-traitées

La phase 1 de l’accord entre la Chine et les USA vise à calmer la guerre commerciale entre les deux superpuissances économiques. Cependant, divers points d’économie structurelle à l’origine du conflit n’ont pas été abordés. Par exemple, l’accord ne traite pas des aides d’État accordées aux entreprises chinoises. Elles sont pourtant considérées par Trump comme une concurrence déloyale dans un système de libre-échange.

Des doutes subsistent aussi sur la mise en place de certaines dispositions. Ainsi, la promesse de la Chine d’acheter pour plus de 200 milliards de dollars en biens et services américains au cours des deux prochaines années est souvent remise en cause.

De plus, la majorité des tarifs à l’importation reste de vigueur aux USA. Pour les négociateurs américains, il en sera question dans la deuxième phase des discussions. Plusieurs analystes boursiers doutent d’une possible entente. Les points de vue des deux pays sont fondamentalement opposés sur ce dossier.

En Europe, les bourses sont restées stables hier toute la journée, en attendant les détails sur l’accord commercial. Le texte n’a été publié qu’après 18 heures.

Lire aussi: Le nouveau champ de bataille des États-Unis et de la Chine : les îles Féroé