Le nouveau champ de bataille des États-Unis et de la Chine : les îles Féroé

L’archipel des Féroé est pris entre le marteau chinois et l’enclume américaine : le pays est devenu l’un des terrains de bataille de la guerre commerciale que se livrent les deux superpuissances économiques. En jeu : le réseau 5G, dont l’archipel souhaite confier la réalisation à un prestataire extérieur.

L’archipel des Féroé se compose de 18 îles, situées entre l’Islande et la Norvège, peuplées de 50 000 habitants. La proximité de l’Arctique de cette région lui confère une importance militaire très particulière. 

Des pressions américaines, comme ailleurs en Europe

Les Féroïens souhaitent se doter d’un réseau 5G, et cherchent un fournisseur extérieur. Mais comme ils l’avaient déjà fait avec Grande-Bretagne, l’Allemagne, la Pologne et d’autres pays européens, les États-Unis ont commencé à exhorter la nation à ne pas attribuer ce contrat au fleuron chinois des télécommunications, Huawei. Depuis plus d’un an, les officiels américains font pression pour que les îles Féroé écartent la candidature de Huawei en matière de 5G.

Le mois dernier, l’ambassadrice américaine au Danemark, Carla Sands, a déclaré que pour les Féroé, confier la réalisation de leur réseau 5G à Huawei reviendrait à accepter ‘de travailler sous des règles communistes chinoises’. Elle a accusé le responsable de Huawei pour la région nordique de ‘travailler pour les communistes chinois’ qui ‘exportent leur espionnage, leur corruption et leurs pots-de-vin dans le monde entier’.

La Chine, un partenaire commercial prometteur

Les Féroé se trouvent donc dans une situation délicate. Car en se rangeant du côté des États-Unis, la petite nation risque de froisser la Chine, l’un des ses partenaires commerciaux les plus prometteurs. L’archipel s’est en effet spécialisé dans la pêche et la pisciculture. Plus de 90 % de ses exportations sont constituées de saumons, maquereaux, harengs et morues.

Les saumons, en particulier, sont de plus en plus prisés en Chine. L’Empire du Milieu représente actuellement 7 % des exportations des Féroé. Le gouvernement de l’archipel y a même ouvert un bureau cette année pour promouvoir le commerce. Au total, les exportations de saumon des îles Féroé devraient atteindre 550 millions de dollars cette année, contre environ 190 millions de dollars il y a dix ans.

‘La Chine n’est pas seulement un bon client, c’est une nécessité’, estime Martin Breum, un spécialiste de l’Arctique qui a écrit sur les îles Féroé. Il rappelle que les Féroïens n’ont pour seule ressource que leurs poissons. 

Ces derniers sont partagés. Même si certains préfèrent les États-Unis à la Chine, ils s’insurgent contre l’ingérence des officiels américains, et soulignent que Huawei a contribué à la réalisation du réseau 4G existant.

Plus
Lire plus...
Marchés