‘En Afrique, la crise met en péril les progrès de la dernière décennie’

Isopix

Les Etats africains ont besoin de 1.200 milliards de dollars de financement jusqu’en 2023 pour surmonter la crise provoquée par la pandémie du Covid-19, a indiqué vendredi la directrice générale du FMI, soulignant que quelque 345 milliards étaient pour l’heure manquants.

Pour l’heure, la région est confrontée à un déficit de financement car les engagements des prêteurs bilatéraux officiels et des institutions internationales couvrent moins d’un quart des besoins prévus, tandis que les capitaux privés sont toujours limités, a expliqué Kristalina Goergieva dans un discours prononcé à l’occasion d’un événement virtuel consacré à la ‘mobilisation en faveur de l’Afrique’.

En avril, le Fonds monétaire international avait estimé le manque de financement à 44 milliards pour la seule année 2020.

Plus d’un million de cas

Il est impératif que tous les pays et institutions se mobilisent davantage pour aider l’Afrique à faire face à la crise, a poursuivi la patronne de l’institution de Washington.

Selon elle, la pandémie ne pourra pas s’arrêter si elle n’est pas maîtrisée dans des régions comme l’Afrique, a-t-elle également opiné.

Le continent compte plus d’un million de cas de Covid-19. 23.000 personnes en sont mortes, a rappelé le FMI.

Jusqu’à 43 millions de personnes supplémentaires poussées dans l’extrême pauvreté

‘La détérioration des conditions économiques et la perte d’emplois pourraient entraîner une baisse du revenu des ménages jusqu’à 12% cette année’, a également indiqué Kristalina Georgieva.

En conséquence, jusqu’à 43 millions de personnes supplémentaires pourraient être poussées dans l’extrême pauvreté en Afrique, anéantissant cinq années de progrès dans la réduction de la pauvreté.

‘La crise met également en péril les progrès de la dernière décennie en matière de renforcement du capital humain, notamment l’amélioration de la santé, la scolarisation et la réduction du retard de croissance’, déplore le Fonds.

Lire aussi: