C’est officiel : en 2020 aussi, les Belges ont beaucoup épargné

Pixabay.

Le Belge est resté fidèle à sa nature d’écureuil en 2020, ressort-il lundi d’un tour d’horizon réalisé par l’agence Belga. Les comptes d’épargne réglementés des quatre grands banques actives en Belgique ont continué à bien s’épaissir l’an dernier.

L’encours des comptes d’épargne réglementés chez BNP Paribas Fortis, leader du marché en Belgique, s’élevait fin 2020 à 66,69 milliards d’euros, soit 4,91% de plus qu’un an plus tôt.

Ensemble, KBC et CBC totalisaient, fin 2020, 50,04 milliards d’euros sur les comptes d’épargne, ce qui représente une hausse de 9,23% par rapport à l’année précédente.

Du côté de Belfius, l’encours a augmenté de 8,96% pour atteindre 45 milliards d’euros fin 2020. La hausse a été de 3,16% sur les comptes d’épargne d’ING, pour un total de 40,52 milliards d’euros à la fin de l’année.

Belfius estime que cette forte hausse de l’épargne est due à la crise sanitaire qui a marqué l’année. « Les confinements successifs, impliquant la fermeture de l’horeca, des magasins, des métiers de contact, des parcs d’attractions et festivals, ainsi que les limitations de voyages pendant plusieurs mois ont provoqué une baisse de la consommation, pas totalement compensée par les achats en ligne. »

Les comptes à vue se remplissent aussi

Et les comptes d’épargne ne sont pas les seuls a s’être engraissés, relate BNP Paribas Fortis. La banque a remarqué une hausse notable des dépôts sur les comptes courants. Une tendance qui existe depuis la baisse des taux d’intérêt, les clients ne voyant plus beaucoup de raisons de transférer leur argent sur un compte d’épargne, qui serait en plus un frein à la dépense.

La Banque nationale de Belgique (BNB) avait indiqué mi-décembre que les Belges avaient épargné 22 milliards de plus en 2020. Le taux d’épargne des particuliers (en pourcentage du revenu disponible) a bondi de 13 à 20,7% en 2020.