Elon Musk a un « super mauvais pressentiment » vis-à-vis de l’économie: 10% des emplois chez Tesla menacés

Dans un mail, le PDG de Tesla a fait savoir aux dirigeants de l’entreprise de voitures électriques qu’il avait un « super mauvais pressentiment » concernant l’économie et qu’il souhaitait supprimer environ 10% des emplois au sein de l’entreprise. Un chiffre particulièrement important qui pourrait effrayer les investisseurs déjà refroidis par le rachat de Twitter par Elon Musk.

Que se passe-t-il chez Tesla ? Rien de bon, on dirait. L’actuel leader des voitures électriques semble en effet traverser une crise. Sa valorisation ne cesse de fluctuer depuis des mois, avec une tendance à la baisse – l’action a chuté de 27% depuis le début de l’année. Une crise dont les actes du PDG ne sont pas étrangers. Et les récentes excentricités d’Elon Musk pourraient une fois de plus faire plonger la valorisation de l’entreprise.

10.000 emplois menacés

Après avoir menacé ses employés de licenciements s’ils ne revenaient pas travailler au moins 40 heures au bureau, le PDG de Tesla veut stopper les embauches à l’échelle mondiale, mais aussi se séparer de 10% de son personnel, rapporte Reuters. C’est en effet le souhait qu’il a exprimé dans un mail envoyé aux dirigeants de l’entreprise, en raison du mauvais pressentiment qu’il avait vis-à-vis de l’économie.

À travers ses différentes usines aux quatre coins du monde, Tesla emploie près de 100.000 personnes. La suppression de 10% des postes équivaudrait donc à une perte d’emploi pour 10.000 travailleurs. En 2019 déjà, Tesla s’était séparé de 7% de ses effectifs au sein de son usine basée à Austin, au Texas, soit 3.000 emplois.

Fin mai, l’homme avait déjà exprimé ses inquiétudes concernant la possibilité d’une récession. Selon lui, il y a de fortes chances pour que l’économie – américaine, on suppose – puisse faire face à une récession, mais cela pourrait avoir des effets positifs, selon Elon Musk. « Cela fait trop longtemps qu’il pleut de l’argent sur les imbéciles. Certaines faillites doivent se produire », avait-il indiqué.

Il est vrai que l’économie américaine, mais également mondiale, fait face à des difficultés, dont une inflation galopante qui a obligé la Fed a relever les taux d’intérêt.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20