« Des dizaines de milliers de manifestants contre l’OTAN à Bruxelles » : quand les médias chinois utilisent les images de la manifestation pour le pouvoir d’achat à des fins de propagande

Ce lundi, ils étaient entre 70.000 et 80.000 à défiler dans les rues de Bruxelles en un immense cortège, tandis que des actions de grève frappaient les transports publics. “La vie est chère, il faut de meilleurs salaires”, clamaient-ils à l’appel des syndicats. Sauf que ce n’est pas cette version que présentent les médias chinois.

Le Global Times, le quotidien en langue anglaise qui transmet sans sourciller la voix du parti unique de Pékin, a repris les images de la grande manifestation qui a traversé Bruxelles ce lundi. On peut aisément reconnaître les abords du Botanique, ainsi que la tour des Finances, soit le trajet classique des grandes mobilisations dans la capitale de la Belgique et de l’Union européenne. Sauf que ces quelques plans pris sans le moindre extrait de slogan ou de discours, le média d’État chinois les présente comme une démonstration d’opposition à l’OTAN.

Désinformation manifeste

« Des dizaines de milliers de manifestants ont défilé à Bruxelles en scandant « Stop NATO » le 20 juin, exprimant leur colère face à la hausse du coût de la vie et condamnant la précipitation des pays de l’OTAN à armer l’Ukraine », avance ainsi le Global Times dans un tweet qui a déjà été vu par plus d’un million de personnes. Or c’est une affirmation totalement mensongère : rien dans les appels à la mobilisation ou dans la communication des divers syndicats belges ne se rapportait à l’OTAN ou à l’Ukraine. Ceux-ci réclamaient une amélioration du pouvoir d’achat, en pleine flambée des prix, et une modification de la loi sur la norme salariale de 1996, qui cadenasse les négociations sur les salaires. Bref, même si la guerre entre Ukraine et Russie participe à la hausse des prix de l’énergie, cette journée de manifestation n’était dédiée qu’à des sujets belgo-belges.

Tentative de diaboliser l’OTAN

Cette tentative de manipulation éhontée de l’information est à mettre en lien avec le resserrement des relations entre la Chine et la Russie, qui ont toutes deux intérêt à présenter l’OTAN comme un sujet qui divise dans les pays occidentaux. Le président chinois Xi Jinping vient d’ailleurs d’ouvrir le sommet annuel des BRICS – Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud – avec l’objectif assumé de constituer un groupe rival à l’OTAN et à l’UE, qui se proclame neutre sur la question ukrainienne et refuse donc d’appliquer des sanctions à la Russie de Vladimir Poutine.

En contrepartie, la Russie a doublé l’Arabie saoudite comme première exportatrice de pétrole vers la Chine, alimentant l’Empire du Milieu en or noir à prix bradé afin d’écouler sa production, fortement visée par les sanctions. De là à clamer que la CSC et la FGTB préfèrent aussi l’amitié de Pékin, il y a un fameux gouffre.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20