Des bracelets connectés pour vaches : comment l’Inde veut dynamiser la plus grande industrie laitière au monde par la technologie

C’est un fait peu connu chez nous, mais la plus grande industrie laitière de la planète est sans conteste celle de l’Inde : en 2021, celle-ci a produit environ 200 millions de tonnes de lait. Un chiffre à comparer aux 54,4 millions de… litres produits en Belgique, et pourtant notre pays n’est pas parmi les derniers avec son demi-million de vaches laitières.

Mais en Europe, les fermes laitières regroupent généralement quelques dizaines d’animaux, voire une centaine ou deux, tandis que l’industrie laitière regroupe en fait des milliers de petits exploitants qui possèdent chacun deux et trois vaches, et qui représentent 80% du cheptel. Et chaque bête à cornes produit beaucoup moins que ses cousines : selon les chiffres de 2019, une vache indienne produit en moyenne 5 litres de lait par jour, contre 30 pour un bovin américain.

Élevage traditionnel, solutions technologiques

Si l’Inde ne cherche pas forcément à abandonner son système d’élevage par des petits producteurs, le pays aimerait toutefois le réformer pour en améliorer tant la productivité que la qualité, et pour y arriver il fait le pari des nouvelles technologies. La start-up locale Stellapps compte y participer en proposant des bracelets électroniques connectés spécialement conçus pour les vaches, rapporte CNN. Un « Fitbit pour bétail » appelé mooON device qui collectera des données sur l’activité de l’animal. Lorsque les vaches sont malades, elles bougent moins, et lorsqu’elles sont en période d’ovulation, elles bougent davantage. Stellapps combine les informations provenant des compteurs de pas avec les données que les agriculteurs et les vétérinaires saisissent dans une application pour smartphone, qui émet des rappels pour les protocoles de routine tels que les vaccinations et l’insémination artificielle.

Des vaches en meilleure santé, et qui produisent plus

« Des vaches en meilleure santé produisent plus de lait, et en suivant et en gérant mieux leurs animaux, les agriculteurs peuvent augmenter les rendements », résume Ranjith Mukundan, le cofondateur de la société. La start-up n’en est d’ailleurs pas à son coup d’essai : active depuis 2011, elle a déjà mis au point un analyseur à ultrasons pour mesurer le contenu nutritionnel du lait – ce qui permet de fixer des prix standardisés et de donner aux agriculteurs des informations actualisées sur la santé et les besoins nutritionnels de leurs vaches.

La société mesure aussi le volume de lait collecté à l’aide d’une balance numérique et transfère les paiements directement sur les comptes bancaires des agriculteurs via sa plateforme « mooPay ».
Le lait de qualité similaire est ensuite regroupé dans des bidons de 40 litres étiquetés numériquement et envoyé vers une unité de stockage frigorifique centralisée plus grande. Dans cette unité, des capteurs de volume surveillent le lait pour éviter qu’il ne soit dilué ou volé. Le système Stellapps est utilisé par près de trois millions d’éleveurs indiens disséminés dans 36.000 villages, ce qui représente 13,5 millions de litres de lait par jour selon M. Mukundan. et ce n’est pas la seule application à proposer ce genre de service.

associer petits producteurs et technologies de pointe

L’inde a fortement stimulé son industrie laitière à partir des années 1970 afin de ne plus dépendre des importations. Le fromage et le beurre constituent des éléments essentiels de l’alimentation de beaucoup d’Indiens, souvent adeptes d’une alimentation végétarienne. Le pays exporte aussi une large part de sa production vers ses voisins, y compris sous forme de lait en poudre. Mais les Indiens n’ont pas massivement adopté l’élevage industriel. Maintenant, ils comptent sur la technologie pour rester compétitifs tout en soutenant l’activité des petits producteurs.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20