Depuis l’ISS, le Spectrometer a repéré des dizaines de grandes fuites de méthane sur Terre

Depuis qu’un spectromètre imageur a été installé à bord de la Station spatiale internationale (ISS) en juillet de cette année, l’appareil a déjà réussi à identifier plus de 50 super-émetteurs de méthane en Asie centrale, au Moyen-Orient et dans le sud-ouest des États-Unis, rapporte la NASA.

« Le spectromètre a été principalement conçu pour faire progresser l’étude des poussières en suspension dans l’air et des effets de ce phénomène sur le changement climatique », indique la NASA. « Mais le dispositif s’est également avéré particulièrement bien adapté à une autre fonction importante des sciences de la terre. En effet, il a réussi à détecter d’importantes émissions mondiales de méthane, un puissant gaz à effet de serre. »

Sources inconnues

« Ces nouvelles détections de méthane sont principalement liées aux grandes installations de production de pétrole et de gaz et aux grandes décharges », explique l’agence spatiale américaine. « Un certain nombre de foyers étaient connus depuis un certain temps, mais le spectromètre a également réussi à détecter des sources jusqu’alors inconnues ».

Le spectromètre a été construit principalement pour le projet Emit (Earth Surface Mineral Dust Investigation). Cela a permis de déterminer la composition minérale de la poussière soufflée dans l’atmosphère depuis les déserts et autres régions sèches de la planète. Au cours de ce processus, l’appareil mesure les longueurs d’onde de la lumière réfléchie par le sol de ces zones.

Emit devrait aider les scientifiques à discerner si la poussière présente dans l’atmosphère de différentes parties du monde piège ou dissipe la chaleur du soleil et constitue donc un facteur de réchauffement ou de refroidissement de la planète.

« L’activité du spectromètre a montré que le méthane a la capacité d’absorber la lumière infrarouge selon un schéma unique qui peut être facilement détecté par l’appareil », expliquent les scientifiques du Jet Propulsion Laboratory (JPL) de la NASA, près de Los Angeles, où l’instrument a été conçu et construit.

Emit tourne autour de la Terre toutes les 90 minutes, à une altitude de 420 kilomètres. Ainsi, le dispositif peut balayer de vastes zones de la planète d’un diamètre de plusieurs dizaines de kilomètres, mais il est également capable de détecter des endroits de la taille d’un terrain de football.

« Certains des panaches de méthane détectés par Emit font partie des plus grandes émissions de ce gaz jamais observées », souligne Andrew Thorpe, le scientifique du Jet Propulsion Laboratory qui a dirigé l’étude sur le méthane.

Turkménistan

Le méthane est un sous-produit de la décomposition des matières organiques et le principal composant du gaz naturel utilisé dans les centrales électriques. Il ne représente qu’une petite fraction de toutes les émissions de gaz à effet de serre d’origine humaine.

Cependant, le méthane peut retenir environ 80 fois plus de chaleur que le même volume de dioxyde de carbone. Par rapport au CO2, qui reste dans l’atmosphère pendant des siècles, le méthane n’y reste que pendant une dizaine d’années. Cela signifie que la réduction des émissions de méthane a un effet plus direct sur le réchauffement de la planète.

Entre autres, Emit a découvert un nouveau groupe de 12 panaches de méthane autour de sites de production de pétrole et de gaz au Turkménistan. On a constaté que certains d’entre eux s’étendaient sur plus de 32 kilomètres. Les scientifiques estiment que ces sites turkmènes émettent ensemble environ 50.400 kilogrammes de méthane par heure.

Cela correspond aux pics enregistrés lors de l’explosion du champ de gaz d’Aliso Canyon, près de Los Angeles, au milieu de la dernière décennie. Cet accident a représenté l’une des plus importantes émissions accidentelles de méthane de l’histoire des États-Unis.

Deux autres sources importantes semblent être un champ pétrolifère au Nouveau-Mexique et un site de traitement des déchets en Iran. Ces deux sites représentaient ensemble des émissions de près de 29.000 kilogrammes de méthane par heure. Ces fuites n’étaient pas connues auparavant.

« Emit est l’un des 25 instruments actuellement en orbite pour l’observation de la planète », précise la NASA. « L’appareil prendra des mesures pendant un an. Cela pourrait révéler des centaines d’autres sources importantes d’émissions de méthane.

(OD)

Plus
Array
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20