Un nouveau gros problème : les émissions de méthane ont atteint des niveaux record en 2021

L’année dernière, les niveaux de méthane dans l’atmosphère ont augmenté dans les proportions les plus importantes depuis le début des mesures, il y a quarante ans. Cette situation est très préoccupante, car si le méthane est moins abondant dans l’atmosphère que le dioxyde de carbone, ses effets à court terme sur l’effet de serre sont plus puissants. De grandes quantités de méthane sont libérées par les forages pétroliers et gaziers et les fuites des pipelines. Les autres sources sont le bétail, les décharges et la décomposition des matières organiques dans les zones humides.

Le méthane est un gaz à effet de serre qui a contribué pour environ 0,5°C au réchauffement de la planète, selon la dernière évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Chaque molécule de méthane ajoutée à l’atmosphère provoque un effet environ 26 fois plus important sur l’effet de serre qu’une molécule de CO2, mais elle ne reste dans l’atmosphère que pendant environ 10 ans.

Les concentrations atmosphériques de méthane n’ont cessé d’augmenter au cours des 15 dernières années et, en 2021, elles ont connu une hausse record par rapport à l’année précédente, atteignant un nouveau sommet, selon une analyse préliminaire de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA). Le précédent record pour l’augmentation annuelle des niveaux de méthane datait de 2020.

En raison de la forte augmentation des émissions de méthane ces dernières années, le rôle de ce gaz dans l’accélération du changement climatique retient de plus en plus l’attention.

Le dioxyde de carbone contribue toujours beaucoup plus au réchauffement de la planète, et l’analyse de la NOAA publiée jeudi indique que les niveaux de dioxyde de carbone ont continué à augmenter rapidement en 2021. Au cours des dix dernières années, les concentrations de dioxyde de carbone ont augmenté au rythme le plus rapide depuis le début de la surveillance, il y a plus de six décennies.

Le secteur de l’énergie est responsable d’environ un tiers des émissions mondiales de méthane

Toutefois, étant donné que la quantité de méthane contribuant au réchauffement climatique est plus importante sur une période plus courte, les scientifiques considèrent la réduction des ces émissions comme un moyen plus rapide pour freiner le réchauffement. Et, contrairement au dioxyde de carbone, qui est libéré dans l’atmosphère lorsque des combustibles fossiles sont brûlés pour produire de l’énergie, le méthane est le principal composant du gaz naturel, ce qui signifie que les pollueurs ont des raisons économiques de ne pas laisser les fuites en libérer trop dans l’air. Selon les scientifiques, le secteur de l’énergie est responsable d’environ un tiers des émissions mondiales de méthane.

Outre qu’il retient la chaleur à la surface de la Terre, le méthane contribue également à la pollution par l’ozone, qui peut causer des difficultés respiratoires et d’autres problèmes de santé. Selon les estimations de la NOAA, le méthane est désormais plus de deux fois et demie plus abondant dans l’atmosphère qu’avant la révolution industrielle.

Un facteur qui pourrait avoir contribué à la croissance rapide des émissions de méthane au cours des deux dernières années pourrait être l’augmentation des précipitations dans les régions tropicales, en raison du phénomène climatique connu sous le nom de La Niña. La pluie et l’humidité supplémentaires peuvent avoir entraîné une augmentation de la production de méthane par les microbes vivant dans les zones humides tropicales. Ces microbes sont également plus actifs lorsque le temps est plus chaud, de sorte que les émissions naturelles de méthane provenant des zones humides pourraient augmenter avec le réchauffement de la planète.

Si nous arrêtions complètement d’émettre du méthane aujourd’hui, le réchauffement climatique induit par le méthane diminuerait de moitié en 20 ans environ

Lors du sommet mondial sur le climat qui s’est tenu à Glasgow l’année dernière, plus de 100 pays ont uni leurs forces et se sont engagés à réduire les émissions mondiales de méthane de 30% d’ici 2030. Les pays qui ont signé l’accord représentent les deux tiers de l’économie mondiale, mais la moitié des 30 plus grands émetteurs de méthane, dont le Brésil, la Chine, l’Inde et la Russie, n’avaient pas encore signé au moment de la rédaction rapport.

Comment la réduction du méthane peut-elle être tellement plus efficace que celle du CO2, si le méthane contribue moins au réchauffement de la planète ? Car le méthane reste présent dans l’atmosphère pendant une période beaucoup plus courte que le CO2. Et, par conséquent, réduire les émissions permet de diminuer assez rapidement la quantité de ce gaz qui est déjà présente dans l’atmosphère. Une différence visible en quelques décennies seulement.

Le méthane a une demi-vie d’environ dix ans. En gros, si vous émettez 10 tonnes de méthane aujourd’hui, 5 tonnes seront encore présentes dans l’atmosphère dix ans plus tard. Si nous arrêtions complètement d’émettre du méthane aujourd’hui, le réchauffement climatique causé par le méthane diminuerait de moitié en 20 ans environ. Le contraste est frappant avec le CO2, qui « vit » dans le système climatique depuis si longtemps que, même sans émissions supplémentaires, le réchauffement planétaire induit par le CO2 se maintiendra pendant des siècles. C’est pourquoi la lenteur des progrès en matière de réduction du CO2 est si préjudiciable : chaque tonne de CO2 que nous émettons influe sur notre système climatique pendant des centaines, voire des milliers d’années, et continue à réchauffer la planète.

Une réduction des émissions de méthane est un gain rapide en termes de limitation du réchauffement climatique de quelques dixièmes de degré. Toutefois, cette baisse de température est proportionnelle à la vitesse à laquelle les émissions de méthane sont réduites. Ainsi, lorsque les réductions cesseront (par exemple, si nous stabilisons les émissions mondiales de méthane à 30% en dessous des niveaux de 2020), le réchauffement induit par le méthane se stabilisera, puis recommencera lentement à augmenter.

En effet, alors que l’atmosphère réagit relativement rapidement (en quelques années) aux variations des niveaux de gaz à effet de serre, les océans, qui absorbent également ces gaz, réagissent beaucoup plus lentement. L’ensemble du système climatique mettrait des centaines d’années à revenir à l’équilibre, de sorte que si nous « gelions » la composition de l’atmosphère, les températures continueraient à augmenter lentement au fil des siècles. Si nous pouvions réduire les émissions de méthane après 2030 à un rythme d’environ 3 à 5% par décennie, cela permettrait de contrecarrer le lent processus d’équilibrage et d’assurer un niveau stable de réchauffement climatique induit par ce gaz.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20