De plus en plus de personnes vaccinées seront inévitablement infectées, mais ne paniquez pas: voici pourquoi

Certaines personnes – en fait un certain nombre d’entre nous – bien qu’elles soient totalement vaccinées, peuvent quand même être infectées par le coronavirus. Même si nous aimerions penser le contraire, être vacciné ne signifie pas que vous en avez fini avec le SARS-CoV-2. Mais contracter le Covid-19 si vous êtes vacciné n’est pas la même chose que recevoir le Covid-19 si vous n’êtes pas vacciné. Voici pourquoi.

Pourquoi est-ce important ?

Les infections chez les personnes entièrement vaccinées, en particulier celles qui sont symptomatiques, restent très rares, surtout par rapport au nombre de personnes vaccinées. Mais en même temps, plus le nombre de personnes vaccinées est élevé, plus le nombre de cas d'infection sera mécaniquement important.

Les infections au coronavirus se produisent chez les personnes vaccinées. Cela continuera à se produire tant que le virus sera parmi nous. En effet, lorsqu’un virus a infiltré la population humaine de manière aussi complète, les infections post-vaccinales deviennent une fatalité mathématique.

Les infections post-vaccinales ou les « percées » peuvent devenir symptomatiques de temps à autre, mais elles ne sont pas la preuve que les piqûres n’ont servi à rien. Les cas d’infection chez les personnes vaccinées sont en moyenne plus bénins, passent plus rapidement, avec une moindre persistance du virus – et il semble également moins probable que les personnes infectées transmettent l’agent pathogène.

Après tout, l’immunité offerte par les vaccins fonctionne par répétitions et par degrés ; elle n’est pas absolue. Il ne rend pas une personne complètement immunisée contre les infections. Mais une infection chez une personne vaccinée ne provoque pas non plus l’effondrement, voire la rupture de nos défenses immunitaires ; elle n’efface pas la protection déjà construite.

Chiens de garde pas si intelligents et chevaliers trop lents

Pour illustrer cela, supposons un instant que le corps humain est un château médiéval. Sans vaccination, les défenseurs de la forteresse n’ont aucune idée qu’une attaque se prépare. Ils ont posté quelques chiens de garde agressifs (c’est-à-dire notre système immunitaire inné) autour de la forteresse – mais si ces bêtes sont rapides et brutales, elles abandonnent aussi rapidement et sont terriblement imprécises. Ces chiens s’attaquent à tout ce qu’ils ne reconnaissent pas, mais se laissent facilement tromper par les intrus furtifs. Lorsque seuls ces chiens se dressent entre le virus et les trésors du château, la première ligne de défense est plutôt faible. Mais c’est essentiellement la situation dans laquelle se trouvent de nombreuses personnes non vaccinées.

Le château a encore des chevaliers, qui opèrent avec plus de précision et de punch (c’est-à-dire notre système immunitaire adaptatif ou acquis). Mais sans avertissement préalable, ils ne se mettront à fonctionner à plein régime qu’après une semaine de retard, et le virus aura alors peut-être déjà fait pas mal de dégâts. Lorsque les chevaliers entrent enfin en action, le combat peut devenir, littéralement, fiévreux, ce qui provoquent des symptômes.

Informateurs, archers et assassins

La vaccination réécrit complètement le début, le milieu et la fin de cette histoire. Les piqûres de Covid-19 agissent comme des informateurs confidentiels, transmettant des informations sur l’attaquant dans l’enceinte du château. Grâce à ces informations, les chevaliers peuvent patrouiller les murs de la forteresse et garder un œil sur un ennemi désormais connu.

Préparés par un vaccin, les renforts immunitaires apparaîtront beaucoup plus rapidement – dans les jours qui suivent une invasion, parfois plus tôt. Les globules blancs adaptatifs appelés cellules B, qui produisent des anticorps, et cellules T, qui tuent les cellules infectées par le virus, auront eu le temps d’étudier les caractéristiques de l’agent pathogène et d’affûter leurs armes contre lui.

Ou, pour revenir un instant à notre château : lorsque le virus attaquera, il lui sera beaucoup plus difficile, voire impossible, d’en pénétrer les défenses, et même s’il y parvient, il subira de lourdes pertes et pourra faire beaucoup moins de dégâts, voire aucun. Pendant que les chiens de garde frappent, des archers entraînés à reconnaître le virus l’abattront ; les quelques particules de virus qui parviendront à pénétrer dans la forteresse seront exterminées par des assassins tapis dans l’ombre avec des épées.

Mais ce n’est pas une histoire en noir et blanc

C’est le meilleur scénario possible. Mais les cellules immunitaires de certaines personnes peuvent avoir des réflexes lents : les archers dans leur petit château peuvent avoir besoin d’un peu plus de temps pour saisir ce que les informateurs viennent rapporter ; cela sera particulièrement vrai pour les personnes âgées et immunodéprimées – et ils auront moins d’assassins à mobiliser.

Les changements du virus peuvent également faire pencher la balance. Comme des envahisseurs déguisés, les variants peuvent échapper à la détection de certains anticorps. Même les versions facilement reconnaissables du coronavirus peuvent submerger la cavalcade précoce du système immunitaire si elles font irruption dans le château en assez grand nombre, par exemple à la suite d’une exposition intense et prolongée.

Avec autant de facteurs en jeu, il n’est pas difficile de voir comment quelques particules virales peuvent encore atteindre leur cible. Les gens ont tendance à considérer la vaccination comme une histoire en noir et blanc : si je suis vacciné, je ne devrais pas avoir de symptômes et je devrais être totalement protégé, expliquent-ils. Mais il y a beaucoup plus de nuances que cela.

Plus il y aura de personnes vaccinées, plus il y aura de cas d’infection

Il est important de savoir que même si les vaccins ne peuvent empêcher le virus de vous infecter, ils limitent la capacité de l’agent pathogène à se déplacer dans l’organisme, à provoquer des symptômes et à se transmettre à quelqu’un d’autre.

Les infections chez les personnes entièrement vaccinées, en particulier celles qui sont symptomatiques, sont encore très rares, surtout par rapport au nombre de personnes vaccinées. Mais dans le même temps, plus le nombre de personnes vaccinées est élevé, plus le nombre de cas d’infection est important. N’oubliez pas qu’une petite fraction de millions de personnes reste un grand nombre de personnes et que, dans les communautés où la majorité des gens sont vaccinés, la plupart des tests positifs peuvent donc se retrouver parmi ceux qui sont inoculés.

La clé est de ne pas paniquer. Retournons une dernière fois dans notre château. Un raid sur un château est pire si les habitants sont massacrés et tous les trésors volés ; avec les vaccins, de tels cas sont rares – tout au plus, quelques objets domestiques sont emportés, et le virus a à peine le temps de porter quelques coups avant d’être éliminé. Bien sûr, les vaccins seraient meilleurs s’ils construisaient des champs de force impénétrables autour de chaque forteresse. Ils ne le font pas. Mais une forteresse percée n’est pas nécessairement une forteresse vaincue et tout château qui s’arme à l’avance sera en meilleure position qu’avant.

Le bon côté des choses

Les infections des personnes déjà vaccinées peuvent aussi avoir un côté positif. Par définition, ces infections surviennent dans des systèmes immunitaires qui reconnaissent déjà le virus et peuvent en tirer des enseignements. Chaque rencontre ultérieure avec le SARS-CoV-2 peut effectivement rappeler à l’organisme que la menace de l’agent pathogène est toujours présente, persuadant les cellules de raviver leurs défenses et d’aiguiser leurs capacités de détection des coronavirus, prolongeant ainsi la durée de la protection.

Cette familiarité peut s’estomper avec certains variants. Mais dans l’ensemble, une infection post-vaccinale peut servir de rappel pour le vaccin. Ce n’est certainement pas une raison pour aller chercher une infection. Ou pour remettre en cause la vaccination : elle offre une protection plus forte que l’infection naturelle. Il est vrai que nous n’avons aucun contrôle sur le développement du SARS-CoV-2. Mais la façon dont la maladie se manifeste dépend à la fois de l’hôte et de l’agent pathogène. La vaccination nous redonne une grande partie du contrôle sur ce point.

Pour aller plus loin :

Plus
Lire plus...
Marchés