CRYPTORAMA: l’actu crypto Ă  ne pas rater ce vendredi

#CRYPTORAMA🚁 PrĂȘt Ă  dĂ©coller ? Bon survol de l’info crypto!

1. Un choc financier bientÎt provoqué par les cryptomonnaies

Sur les sismographes de la banque centrale amĂ©ricaine censĂ©s prĂ©venir un tremblement de terre financier, apparaissent nettement les cryptos et autres stablecoins. Dans la derniĂšre enquĂȘte de la Fed menĂ©e auprĂšs de divers acteurs Ă©conomiques tels que des sociĂ©tĂ©s de courtage, des investisseurs, mais aussi des conseillers politiques ou universitaires, bitcoin et autres piĂšces numĂ©riques sont parmi les menaces potentielles pour la stabilitĂ© du systĂšme les plus citĂ©es. Environ 20% des professionnels sondĂ©s ont Ă©pinglĂ© cet ‘argent d’Internet’. Ce qui reste presque insignifiant Ă  cĂŽtĂ© des craintes relatives Ă  des variants du coronavirus rĂ©sistants aux vaccins (~60%), le risque de l’envolĂ©e des taux d’intĂ©rĂȘts ou d’un bond de l’inflation. Autre dĂ©tail digne de mention, les membres du personnel de la Fed n’ont quant Ă  eux jamais Ă©voquĂ© les cryptomonnaies dans leur propre analyse de risques.

2. ‘La DeFi plus disruptive que Bitcoin’, signale ING

‘La finance dĂ©centralisĂ©e (DeFi) fait partie intĂ©grante de notre vision des actifs numĂ©riques’, assure la banque ING qui a menĂ© une longue analyse de ce nouvel environnement pour se familiariser rapidement avec les nouveaux comportements des consommateurs, les attentes et les tendances du marchĂ©. Au lieu de dĂ©ployer des protocoles pour ‘expĂ©rimenter Ă  l’aveugle’, ING peut ainsi cerner ce qui peut ĂȘtre rĂ©pliquĂ© et amĂ©liorĂ© dans la DeFi. Par exemple, ING s’inspire des protocoles dĂ©centralisĂ©s pour collatĂ©raliser des prĂȘts et liquider automatiquement via smart contracts les garanties pour maintenir la solvabilitĂ© le cas Ă©chĂ©ant (voir ci-dessous). L’innovation DeFi sur des blockchains sans autorisation constitue un dĂ©veloppement positif pour la finance, et pousse les institutions financiĂšres Ă  rĂ©flĂ©chir Ă  de nouvelles et meilleures façons de fonctionner. ‘La DeFi pourrait s’avĂ©rer plus disruptive que Bitcoin pour le secteur’, a fait remarquer Ă  Coindesk le directeur des dĂ©veloppements blockchain chez ING.

3. Un chiffre d’affaires liĂ© au bitcoin en hausse de 1000%

Si vous savez que Jack Dorsey, le patron de Twitter, est un fervent adepte du bitcoin, vous devez aussi savoir qu’il gĂšre une autre entreprise bien distincte, Square, une sociĂ©tĂ© de services financiers. Cette derniĂšre a Ă©bloui les analystes financiers ce jeudi en publiant des rĂ©sultats financiers trimestriels supĂ©rieurs de plus de 50% aux attentes du marchĂ© (5,06 milliards $ contre 3,4 milliards prĂ©vus). Et ce, grĂące Ă  l’insolente forme du bitcoin qui, Ă  lui seul, a ramenĂ© 3,5 milliards de dollars de revenus, soit 1.000% de croissance en rythme annuel. Plus de la moitiĂ© des bĂ©nĂ©fices de l’entreprise peuvent ĂȘtre attribuĂ©s Ă  l’application intĂ©grĂ©e de paiement, Cash App, via laquelle les utilisateurs peuvent notamment convertir leurs billets verts en BTC. Lors de la confĂ©rence tĂ©lĂ©phonique avec les analystes, Jack Dorsey a rappelĂ© que Square voyait dans le bitcoin le potentiel pour Internet de disposer d’une monnaie native, et que l’entreprise souhaitait ‘faire avancer les choses autant que possible’, relaie CNBC.

4. Le tout premier NFT de l’histoire mis aux enchĂšres

‘Kevin McCoy est l’un des principaux artistes des nouveaux mĂ©dias de sa gĂ©nĂ©ration. Universellement considĂ©rĂ© comme le premier NFT jamais crĂ©Ă©, Quantum est horodatĂ© le 05-03-2014 Ă  09:27:34. En 2014, McCoy a inventĂ© ce que lui et son collaborateur appelaient Ă  l’Ă©poque des ‘graphiques monĂ©tisĂ©s’ – ou monĂ©graphes – en codant la provenance dans une Ɠuvre numĂ©rique originale utilisant la technologie blockchain. Quantum offre une opportunitĂ© inĂ©galĂ©e d’acquĂ©rir la genĂšse mĂȘme de l’espace NFT et prĂ©figure l’explosion de la crĂ©ativitĂ© numĂ©rique’, vante la vĂ©nĂ©rable maison Sotherby’s. C’est que l’institution phare du marchĂ© des objets de collection semble avoir trouvĂ© un formidable filon Ă  exploiter, elle qui a dĂ©jĂ  programmĂ© la mise aux enchĂšres d’une peinture de Banksy pour laquelle bitcoin et ether seront pour la premiĂšre fois acceptĂ©s comme moyen de paiement. Il ne reste plus qu’Ă  attendre le prix d’adjudication et voir s’il Ă©galera au moins les 69 millions de dollars de la premiĂšre vente du genre chez Christie’s en mars dernier.

5. Cette start-up wallonne peut ‘blockchainiser’ l’ouverture des terrasses

Un Ă©vĂ©nement en soi. Plus que quelques heures avant qu’une Ă©tape symbolique du dĂ©confinement soit franchie en Belgique: l’ouverture des terrasses. Pour l’occasion, la start-up wallonne Be Blockchain a une solution qu’elle prĂ©sente comme idĂ©ale, sa ‘plateforme d’Ă©conomie locale’ baptisĂ©e d-event. Il s’agit d’un écosystème de paiement reposant sur la technologie blockchain afin de diminuer voire supprimer les intermĂ©diaires. ImaginĂ©e Ă  l’origine pour de l’Ă©vĂ©nementiel Ă  plus grande Ă©chelle, pour le ticketing lors de festivals ou de concerts, d-event peut en fait s’adapter Ă  tout type d’organisation puisqu’un un simple smartphone suffit pour gĂ©rer les transactions cashless, via NFC et QR code. Bars et restaurants pourraient ainsi proposer de payer avec d-event sur leurs terrasses. MĂȘme le ministre wallon de l’Economie a derniĂšrement soulignĂ© l’intĂ©rĂȘt de cette innovation. ‘La blockchain pourrait crĂ©er des complĂ©mentaritĂ©s avec les systĂšmes existants, comme par exemple distribuer des bons d’achat de l’État aux citoyens Ă  dĂ©penser dans l’horeca, l’Ă©vĂ©nementiel et la culture. L’avantage pour les utilisateurs serait d’avoir accĂšs Ă  des promotions et d’aider les professionnels de ces secteurs. Pour les professionnels, cela leur ferait des revenus directs’, avait cernĂ© Willy Borsus (MR).

Vous avez déniché une pépite sur la crypto ? Partageons-la!
Contactez-nous par courriel ou sur les rĂ©seaux via TwitterFacebook ou Linkedin.


Précédemment dans CRYPTORAMA:


NDLR: L’article #CRYPTORAMA mĂȘle curation et veille sectorielle; les informations y Ă©tant relayĂ©es ne reflĂštent donc pas forcĂ©ment celles de la rĂ©daction de Business AM.