CRYPTORAMA: des banques belges timorĂ©es, des entreprises voisines bien plus audacieuses…

Montage Pixabay / Unsplash / Business AM

#CRYPTORAMA🚁 Embarquement immĂ©diat pour un nouveau survol de l’actu 100% crypto, avec au programme notamment des banques belges qui dĂ©couragent leurs clients de participer Ă  ‘loterie’ du bitcoin, tandis que la reine des devises numĂ©riques s’invite dans la trĂ©sorerie d’entreprises françaises.

1. Des rĂšgles qui font plus mal

Un rien sadique l’industrie de la cybersĂ©curitĂ© ? Pas exactement. Il s’agit plutĂŽt ici de l’application de la sagesse populaire ‘aux grands maux, les grands moyens’. Dans un rapport Ă  paraĂźtre ce jeudi d’un panel public-privĂ© d’experts dĂ©voilĂ© par Reuters, des reprĂ©sentants d’entreprises technologiques mais aussi du FBI et des services secrets US demandent aux dĂ©cideurs amĂ©ricains de se concentrer sur la rĂ©glementation des cryptos. Pour cause, ce groupe de travail appelle Ă  lutter ‘plus agressivement’ contre une autre pandĂ©mie, celle de ransomwares qui prennent en otages des donnĂ©es et demande des rançons en ‘cash numĂ©rique’. C’est le cas avec le rançongiciel WannaCry le plus virulent de l’histoire responsable d’au moins 4 milliards de dollars de prĂ©judices financiers dans 150 pays. Les nouvelles mesures proposĂ©es viseraient principalement Ă  percer l’anonymat des transactions.

2. Une grande adoption de petites entreprises françaises

Contrairement Ă  Tesla, qui dispose dĂ©sormais pour 2,5 milliards de dollars en bitcoins, aucune entreprise cotĂ©e n’a, jusqu’ici assumĂ© ce type d’investissement en France, rapporte Le Monde. Pourtant, les entreprises de l’Hexagone ne seraient pas si rĂ©ticentes, poursuit le quotidien en citant la hausse Ă  30% du volume d’achat de cryptomonnaies sur la plateforme parisienne Coinhouse. ‘En fĂ©vrier et mars, nous avons crĂ©Ă© en moyenne 50 comptes d’entreprises, des holdings patrimoniales, mais aussi des cabinets dentaires, des industriels ou logisticiens qui souhaitent investir’, assure le porte-parole au quotidien. Avec pour stratĂ©gie des placements sur trois et quatre ans, pour des montants compris entre 50 000 et plusieurs millions d’euros.

3. Les cryptos, trop risquées pour les banques belges ?

Face Ă  la ‘nature parfois trouble’, Ă  cet ‘outil idĂ©al de criminalitĂ©’, Ă  la ‘demande Ă©nergĂ©tique monstrueuse’, les institutions bancaires en Belgique ne semblent pas prĂȘtes Ă  entrer dans la danse des cryptos, relĂšve L’Echo qui a interrogĂ© les quatre grandes enseignes KBC, ING, Belfius et BNP Paribas. Les cryptoactifs semblent manifestement exposer les banques belges Ă  plus de problĂšmes que d’opportunitĂ©s commerciales, avec des enjeux rĂ©glementaires, de protection des donnĂ©es et de blanchiment d’argent. Pourtant les banquiers affirment comprendre l’engouement pour l’innovation technologique, et doivent d’ailleurs rĂ©pondre Ă  de trĂšs nombreuses demandes de leurs clients.

4. Greenwashing ou alternative responsable ? Algorand se veut premiĂšre crypto ‘verte’

La blockchain d’infrastructure Algorand, crĂ©Ă©e en 2018 avec elle aussi l’ambition de rĂ©volutionner la façon dont s’Ă©change la valeur, veut Ă  l’avenir fonctionner Ă  un niveau de carbone nĂ©gatif, relaie le Journal du Coin. Alors que le taux d’adoption du protocole enregistre une croissance constante, son fondateur, le professeur au MIT Silvio Micali a en effet dĂ©clarĂ© que la sociĂ©tĂ© se concentrerait sur la durabilitĂ©. Pour ce faire, Algorand a annoncĂ© un partenariat avec l’entreprise espagnole ClimateTrade, spĂ©cialiste de la traçabilitĂ© des Ă©missions de CO2 qui utilise des solutions basĂ©es sur la blockchain pour amĂ©liorer l’efficacitĂ© du dĂ©veloppement durable et compte parmi ses clients des Danone, Suez et Iberia pour ne citer que quelques noms.

5. Elon Musk, le Parrain de la crypto

Avec un tweet on ne peut plus banal, le patron de Tesla a de nouveau permis Ă  des investisseurs crypto de s’enrichir. Il s’est simplement fendu d’un petit gazouillis pour annoncer son apparition dans le show Saturday Night Live, en se prĂ©sentant comme le ‘Dogefather’. Un jeu de mot inspirĂ© de godfather (le parrain en français), en rĂ©fĂ©rence au personnage mythique de mafieux incarnĂ© par Marlon Brando dans le film homonyme de Coppola, pour mettre en avant le Dogecoin. Cette cryptomonnaie qui n’Ă©tait qu’une blague au moment de sa crĂ©ation pĂšse plusieurs dizaines de milliards actuellement. GrĂące notamment au patronage twittesque d’Elon Musk.

Vous avez déniché une pépite sur la crypto ? Partageons-la!
Contactez-nous par courriel ou sur les rĂ©seaux via TwitterFacebook ou Linkedin.


Précédemment dans CRYPTORAMA:


NDLR: L’article #CRYPTORAMA mĂȘle curation et veille sectorielle; les avis y Ă©tant relayĂ©s ne reflĂštent donc pas forcĂ©ment ceux de la rĂ©daction de Business AM.