Combien pouvez-vous économiser chaque année pour acheter une maison si vous restez chez papa et maman un peu plus longtemps ?

La hausse des prix de l’immobilier et le durcissement des conditions d’octroi des prêts hypothécaires font qu’il est de plus en plus difficile pour les jeunes d’acheter leur propre logement. Si vous êtes prêt à vivre chez vos parents pendant quelques années de plus, vous pouvez augmenter considérablement votre budget immobilier.

Pourquoi est-ce important ?

Malgré les faibles taux d'intérêt, il est très difficile pour de nombreux jeunes d'acheter un logement. Ce faible taux d'intérêt a fait grimper considérablement les prix de l'immobilier. En outre, les règles sont de plus en plus strictes pour ceux qui veulent contracter un prêt immobilier. Vivre plus longtemps avec vos parents peut être une solution.

Les prix de l’immobilier en Belgique sont en hausse. Les chiffres récents de Statbel montrent que le prix médian d’un bien fermé ou semi-ouvert (2 ou 3 façades) était de 230 000 euros au premier semestre de cette année. Un an plus tôt, le prix était de 200 000 euros. Cela représente une augmentation de pas moins de 15 % en un an. Le prix médian d’une propriété ouverte a augmenté de 10 % au cours de la même période pour atteindre 330 000 euros.

Evolution du prix médian de l’immobilier – Source : Statbel.be

Ces énormes augmentations de prix sont en grande partie dues au faible taux d’intérêt. Une personne qui contracte aujourd’hui un prêt immobilier sur 20 ans (avec un taux compris entre 81 et 100 %) paie un taux d’intérêt de 1,5 % en moyenne, selon le baromètre des intérêts d’Immotheker. Il y a cinq ans, les taux hypothécaires tournaient encore autour de 2 %.

Le quotité

La quotité est le rapport entre le montant du prêt et la valeur d’achat actuelle de votre maison. Pour de nombreuses banques, le taux a un impact sur les conditions de crédit. Le taux d’intérêt peut diminuer de manière significative avec un devis plus bas. Les chances d’obtenir un prêt immobilier augmentent évidemment si vous pouvez financer vous-même une partie de l’achat.

Conditions de crédit strictes

La hausse des prix de l’immobilier qui en résulte rend difficile l’achat d’un logement pour les jeunes. En outre, les règles sont de plus en plus strictes pour ceux qui veulent contracter un prêt hypothécaire. Par exemple, les banques sont autorisées à utiliser un maximum de 35 % de leur volume de crédit pour accorder un prêt dont le quotité est supérieure à 90 %. Cette règle s’applique aux prêts accordés aux personnes qui achètent leur premier logement ou leur propre logement. Il existe des règles de crédit encore plus strictes pour les personnes qui souhaitent acheter une résidence secondaire en tant qu’investissement.

L’avenir ne semble pas très reluisant non plus. Le régulateur bancaire européen EBA a demandé l’abolition du mandat hypothécaire et exige que les acquéreurs fassent évaluer leur maison avant de pouvoir prétendre à un prêt immobilier. La Banque nationale de Belgique a entre-temps précisé que cela ne signifiait pas qu’un évaluateur externe doive se rendre à chaque fois sur place, ce qui aurait entraîneré des coûts supplémentaires pour les acquéreurs. Les banques pourront compter sur les statistiques.

En Flandre, la réduction annoncée des droits d’enregistrement de 6 à 3 % devrait aider les acheteurs à mettre de côté un capital supplémentaire. Néanmoins, il est important de se constituer une réserve d’épargne substantielle avant d’acheter un logement. Plus vous disposez d’un capital important, plus il est facile d’obtenir un prêt immobilier. Pour rappel, le droit d’enregistrement à Bruxelles et en Wallonie est de 12,5%. Il existe quelques exceptions dans le sud du pays, par exemple pour les « habitations modestes » (6%)

Séjourner à l’hôtel de papa et maman

La meilleure façon d’économiser un peu d’argent est de rester à chez ses parents pendant quelques années supplémentaires. Le Centre de conseil et de recherche sur le budget (CEBUD) a calculé en 2019 que les jeunes qui vivent chez leurs parents ont des dépenses mensuelles inférieures de 716 € à celles de leurs pairs qui louent un logement. Cela signifie que si vous vivez chez vous un an de plus, vous disposez d’un capital supplémentaire de 8 592 euros à investir dans votre logement. Après cinq ans, ce budget passe à pas moins de 42 960 euros.

Supposons que vous achetiez une maison de 300 000 € dans l’année, il vous restera 16.980 € après avoir payé les droits d’enregistrement (6 %). Si l’on tient compte des autres frais de notaire (estimés à 4 420 €), il vous restera environ 12.500 €. Ce qui reste représente un peu moins de 5 % du prix d’achat. Des économies sont donc indispensables pour faire passer la quotité sous la limite symbolique de 90 %. Cela facilitera immédiatement l’obtention d’un prêt immobilier auprès de la banque. Plus le quotité est basse, plus les chances d’obtenir un prêt hypothécaire sont grandes et plus les conditions sont bonnes.

Pour aller plus loin:

Plus
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20