Plus de la moitié des Belges ne savent pas combien ils doivent épargner pour leur retraite : comment calculer ?

Une enquête menée par l’assureur vie NN auprès de 4 000 Belges révèle que 55 % de nos compatriotes interrogés manquent de connaissances en matière de planification financière de la retraite. Par exemple, plus de la moitié des Belges ne savent pas combien ils doivent épargner.

Pourquoi est-ce important ?

Dans notre pays, il est possible d'épargner pour plus tard de différentes manières, comme la pension complémentaire et l'épargne-pension individuelle. De telles méthodes d'épargne ne sont certainement pas un luxe. De nombreux Belges craignent que leur pension légale ne suffise pas pour vivre. L'étude de NN montre que seul un Belge sur cinq est convaincu que le gouvernement sera en mesure de continuer à payer les pensions.

Il y a beaucoup d’incertitude parmi les Belges au sujet de leurs pensions. Seuls 19 % sont convaincus que le gouvernement sera en mesure de continuer à les payer. La confiance est particulièrement faible parmi les plus jeunes. Pour les 35 à 49 ans, le pourcentage tombe à 17 pour cent, pour les 18 à 34 ans même à 14 pour cent.

« Ces pourcentages sont très faibles. Et ce n’est malheureusement pas nouveau », note Jan van Autreve, PDG de NN. « La clarté et le partage des connaissances sont essentiels. Mais aussi : un plan de retraite réaliste de la part du gouvernement dans lequel l’accessibilité et l’équité sont primordiales. Cela demandera beaucoup de courage politique, mais c’est le seul moyen de regagner la confiance des Belges et de leur permettre de se préparer correctement à l’avenir. »

Incertitude quant à la situation financière

Cette incertitude concernant la retraite légale signifie également que 55 % de nos compatriotes s’inquiètent de leur situation financière pendant leur retraite. Le pourcentage est le plus élevé dans la catégorie des 35-49 ans (58 %). Chez les femmes, le pourcentage augmente encore pour atteindre 60 %, contre 53 % pour les hommes.
« La prise de conscience de la nécessité de bien préparer sa retraite augmente avec l’âge, ce qui est logique. Beaucoup d’entre nous y sont confrontés pour la première fois lorsque nos parents prennent leur retraite. Nous constatons alors que nos parents ont besoin d’un pot d’épargne supplémentaire, en plus de leur pension légale », explique Bart Chiau, expert senior chez NN et professeur à la faculté d’économie de l’UGent.

L’étude montre également que seuls 15 % des Belges déclarent avoir une connaissance suffisante de la planification des retraites. 55 % remettent ce sujet à plus tard. Cela signifie que peu de Belges sont capables d’estimer le montant qu’ils devraient épargner pour leur retraite. 54 % des Belges non retraités disent ne pas savoir combien d’argent ils devraient épargner pour leur retraite.

Calculez le montant que vous devez épargner

Selon M. Chiau, il est important de bien préparer sa retraite. « Les préparatifs doivent commencer le plus tôt possible », dit-il. « Ceux qui ne se réveillent qu’à 50 ans et commencent à planifier ont raté un train et manquent aussi l’effet de la capitalisation. La manière et le montant que vous devez épargner tout au long de votre vie et pour votre retraite devraient en fait être enseignés à l’école. »

NN explique comment vous pouvez calculer le montant que vous devez épargner pour plus tard :

  • Calculez la somme d’argent dont vous aurez besoin chaque mois. Incluez autant de dépenses que possible (votre loyer/paiement/loisirs/alimentation, etc.).
  • Vérifiez sur mypension.be le montant mensuel de votre pension légale.
  • Déduisez votre pension légale de votre budget mensuel, et vous saurez combien vous devrez cotiser chaque mois.
  • Calculez le nombre d’années que vous passerez à la retraite. Supposez un départ à 67 ans et une espérance de vie moyenne de 85 à 90 ans. Cela signifie que vous devrez faire un pont entre 18 et 23 ans.
  • La somme totale que vous devez épargner est donc : 12 x 23 x le montant que vous devez payer mensuellement en plus de votre pension légale.

Que pouvez-vous faire pour constituer votre propre épargne-pension ?

L’option la plus connue pour épargner en vue de l’avenir est l’épargne-pension individuelle. Dans notre pays, vous êtes fiscalement encouragé à épargner pour votre retraite. Les personnes qui épargnent via le troisième pilier de la pension bénéficient d’un avantage fiscal de 25 ou 30 %, selon le montant maximal de l’épargne. Ceux qui épargnent jusqu’à 990 euros en 2021 peuvent déduire 30 % de leurs dépôts à des fins fiscales. Ceux qui économisent entre 990 et 1 270 euros bénéficieront d’une réduction d’impôt de 25 %. Le second système n’est intéressant d’un point de vue fiscal que si vous mettez de côté au moins 1 200 euros par an.

Il est également possible d’épargner pour plus tard par l’intermédiaire de l’employeur, via ce que l’on appelle le deuxième pilier de pension. Une analyse de l’asbl Sigidis a récemment montré que plus d’un Belge sur trois ne se constitue pas une pension par l’intermédiaire de son employeur. Si votre employeur ne propose pas cette option, il est possible (depuis le 1er avril 2019) de mettre de côté une partie de votre salaire pour plus tard. « Alors que nos recherches montrent que le deuxième (pension complémentaire) et le troisième pilier de la pension (épargne-pension individuelle) n’offrent qu’un allégement limité », déclare NN.

NN note que cette sécurité augmente lorsque les gens disposent d’un solide volant de capitaux. L’étude de l’assureur montre que seulement 34 % des personnes disposant d’un capital tampon pour faire face à douze mois s’inquiètent pour leur pension. C’est 21 points de pourcentage de moins que la moyenne belge.

Les personnes qui possèdent un bien supplémentaire s’inquiètent également moins de leur situation financière ultérieure. Seuls 33 % de ces personnes s’inquiètent pour leur pension.

Pour aller plus loin :

Plus
Lire plus...
Marchés