Boris Johnson voulait attraper volontairement le Covid-19 pour prouver qu’il était inoffensif

L’ancien assistant de Boris Johnson, Dominic Cummings a déclaré mercredi devant la Chambre des communes que le Premier ministre voulait être infecté délibérément à la télévision pour montrer qu’il n’y avait pas de quoi avoir peur.

Souvenez-vous, fin mars 2020, le Premier ministre britannique, Boris Johnson annonçait avoir été testé positif au Covid-19. Quelques jours plus tard, l’infection ayant empiré, le chef du gouvernement au Royaume-Uni avait été transféré à l’hôpital, puis aux soins intensifs. Il y avait passé plusieurs jours, avec un apport supplémentaire en oxygène, avant d’en ressortir et de prendre plusieurs semaines de congé pour se rétablir.

Le coronavirus avait réussi à mettre en danger la vie du Premier ministre, alors que celui-ci pensait encore qu’il ne s’agissait qu’une simple grippe. En février, Boris Johnson était tellement sûr de cela qu’il avait même proposé de se faire inoculer le virus en direct à la télévision, a expliqué Cummings devant la chambre basse du parlement britannique. L’expérience devait montrer à la population qu’il ne fallait pas s’inquiéter, que le virus était sans danger.

Scepticisme

Boris Johnson, tout comme Donald Trump, était l’un des dirigeants les plus sceptiques par rapport au Covid-19 lorsque la pandémie a éclaté. Selon la BBC, il aurait dit à ses collègues, au début de l’année 2020, ‘d’ignorer la maladie’. Et alors que toute l’Europe se confinait, Johnson prônait l’immunité collective, considérant que si suffisamment de personnes tombaient malades, les anticorps naturels feraient disparaitre la maladie.

Lors de son discours devant la Chambre des communes, Dominic Cummings a encore été plus loin pour expliquer le déni du gouvernement. Selon le Daily Mail, il aurait ajouté que Johnson ne voulait pas confiner, car ‘seuls les plus de 80 ans mouraient’, qu’il préférait voir ‘les corps s’empiler’ plutôt que de confiner une deuxième fois ou encore que son inaction au début de la première vague était provoquée par ses vacances avec sa fiancée.

Cummings s’est ensuite excusé auprès de la population pour les erreurs faites par le gouvernement. ‘Lorsque le pays en avait le plus besoin, le gouvernement l’a échoué’, a-t-il déclaré. ‘Je voudrais dire à toutes les familles des personnes décédées combien je suis désolé pour les erreurs qui ont été commises.’

Vengeance

Les accusations de Cummings sont graves, surtout dans un des pays qui a connu le plus grand nombre de décès. Les familles des 127.748 morts du Covid-19 risquent de ne pas apprécier. Toutefois, il faut rester prudent avec ces allégations. Les membres du parlement pensent que Cummings tente de se venger de son éviction du gouvernement l’année dernière.

En novembre 2020, Dominic Cummings avait quitté son poste d’assistant du Premier ministre à la suite d’une lutte d’influence au sein du gouvernement. L’homme avait également été épinglé dans les journaux pour ne pas avoir respecté les règles de confinement à plusieurs reprises. L’affaire Cummings avait secoué le gouvernement en mai 2020 lorsque Cummings avait traversé tout le pays pour des raisons personnelles.

L’ancien assistant devra se représenter prochainement devant un conseil composé de députés des deux Chambres pour expliquer les raisons des échecs du gouvernement britannique au début de la pandémie de coronavirus.

Pour aller plus loin:

Plus
Lire plus...
Marchés