Bien aidée par la pandémie, la fièvre des armes s’est emparée des Américains en 2020: les chiffres

L’année 2020 aura été particulièrement mouvementée aux États-Unis. Pandémie de Covid-19, troubles sociaux et tensions pré- et post-électorales auront constitué autant de bonnes raisons pour les Américains amoureux des armes à feu de faire honneur au second amendement de leur Constitution.

Les chiffres

  • 39 millions, c’est le nombre de vérifications d’antécédents criminels qui ont été effectuées en 2020 par les vendeurs d’armes américains auprès du FBI, rapporte le magazine The Economist. Le Federal Bureau of Investigation a mis en place ce système de vérification dès 1998 afin de permettre aux vendeurs détenant une licence fédérale de contrôler si un acheteur a été condamné pour des crimes lui interdisant l’acquisition d’armes à feu. Et dans la mesure où le gouvernement fédéral ne répertorie pas les ventes d’armes, il constitue également un baromètre en la matière. Mais un baromètre assez approximatif puisque les vérifications via le National Instant Criminal Background Check System sont également effectuées pour les demandes de port d’arme ou l’achat d’accessoires. Cette méthode a donc tendance à surestimer le nombre réel d’armes vendues.
  • Ce chiffre est néanmoins en hausse de +40% par rapport à 2019 et constitue un record absolu. En temps normal, l’augmentation annuelle est de l’ordre de +8%.
  • 21 millions, c’est le nombre d’armes vendues en 2020, selon la National Shooting Sports Foundation, un groupe de l’industrie des armes, sur base des chiffres ajustés du FBI.
  • 30 millions: The Economist estime que ‘le chiffre réel se situe probablement quelque part entre les deux’ estimations, ce qui nous amènerait à 30 millions d’armes vendues en 2020 aux États-Unis, pour une population d’environ 330 millions de personnes.

Les événements

  • La pandémie de Covid-19: les chiffres ont fortement augmenté en mars, en même temps que la première vague épidémique déferlait sur les États-Unis. Deux phénomènes étaient alors à l’œuvre: la peur d’une hausse de la criminalité et la crainte d’un contrôle plus strict des armes. À noter qu’un certain nombre d’États ont rangé les magasins d’armes dans la catégorie des commerces dits ‘essentiels’, ce qui leur a permis de rester ouverts.

Depuis mars, le business des armes vole de record en record aux États-Unis

  • La mort de George Floyd: les vérifications sont reparties de plus belle en juin, suite au meurtre de George Floyd par un policier à Minneapolis et à la vague de protestations qui a par la suite gagné tout le pays.

Mort de George Floyd: Garde nationale et couvre-feux à travers les États-Unis

  • Enfin, l’élection présidentielle et les tensions qui ont suivi ont alimenté la frénésie pour les armes durant l’automne.

Pour éviter une fusillade liée aux élections, les magasins Walmart cachent leurs armes… mais continuent de les vendre

Les perspectives pour 2021

Avec la prise d’assaut du Capitole par des militants pro-Trump, l’année a débuté sur des chapeaux de roue. Et depuis lors, la tension n’a toujours pas baissé aux USA, avec comme conséquence probable un nouveau pic de la demande en armes à feu.

‘L’année 2021 pourrait donc s’avérer être une nouvelle année record’, conclut The Economist.

Lire aussi:

Plus
Lire plus...
Marchés
BEL20