Biden soutient un cessez-le feu auprès de Netanyahu, mais il va lui vendre des armes pour 735 millions de dollars

Depuis le début de l’escalade mortelle des violences entre Israël et le Hamas, il y a une semaine, les États-Unis se prémunissent de faire de grandes déclarations. Alors que la Maison Blanche a annoncé que Joe Biden avait téléphoné à Benjamin Netanyahu lundi, le Washington Post rapporte que son administration s’apprête à conclure un deal juteux avec l’État hébreu.

Ce lundi, les Etats-Unis se sont à nouveau opposés à une déclaration du Conseil de sécurité de l’ONU au sujet du conflit israélo-palestinien. Le troisième véto américain en l’espace d’une semaine A la place, Washington a demandé la convocation d’une nouvelle réunion d’urgence à huis clos, prévue pour ce mardi.

Dans le même temps, Joe Biden a appelé Benjamin Netanyahu. ‘Le président a exprimé son soutien à un cessez-le-feu’, a indiqué la Maison Blanche, très prudente. Côté démocrate, certaines voix s’élèvent pour que Biden réclame explicitement un cessez-le-feu immédiat entre Israël et le Hamas.

Interrogée sur le manque de fermeté des Etats-Unis, la porte-parole de la Maison Blanche Jen Psaki a défendu l’approche diplomatique ‘discrète’ mais ‘intensive’ de Washington sur ce dossier.

Notons que, d’après le compte-rendu de la Maison Blanche, Biden a une nouvelle fois reconnu ‘le droit d’Israël à se défendre’. Il a toutefois demandé à l’État hébreu de tenter de ‘faire tous les efforts possibles pour assurer la protection des civils innocents’.

Enfin, le président américain a évoqué des discussions en cours avec l’Égypte ‘et d’autres partenaires’ pour parvenir à un cessez-le-feu, précise le texte de la Maison Blanche.

Un deal juste avant l’escalade

Lundi également, le Washington Post a révélé l’existence d’un deal au sujet d’une vente d’armes entre les États-Unis et Israël. Peu avant le début des hostilités entre l’État hébreu et le Hamas, l’administration Biden a approuvé la vente potentielle d’armes à guidage de précision d’une valeur de 735 millions de dollars à Israël.

Le Congrès a été officiellement informé de ce deal le 5 mai dernier. À ce moment-là, la vente de munitions d’attaque directe conjointes, ou JDAM, fabriquées par Boeing Co (BA.N), était considérée comme une opération de routine. En effet, les hostilités autour du conflit israélo-palestinien n’ont débuté que quelques jours plus tard.

Depuis le 5 mai, comme le veut la loi américaine en la matière, une fenêtre de 15 jours s’est ouverte pour que le Congrès puisse, s’il le souhaite, s’oppose à cette vente. Malgré la récente escalade des violences, il ne devrait pas la bloquer. Le soutien ferme à Israël est une valeur fondamentale pour les membres démocrates et républicains du Congrès, indique Reuters.

Étant donné qu’Israël fait partie d’une poignée de pays dont les contrats militaires sont approuvés dans le cadre d’une procédure accélérée, la fenêtre habituelle d’objection sera fermée avant que les législateurs puissent adopter une résolution de désapprobation, même s’ils étaient enclins à le faire, précise l’agence.

Plus de 200 morts

En une semaine, les affrontements entre Israël et le Hamas ont provoqué la mort de plus de 212 personnes en Palestine.

D’après Jonathan Conricus, porte-parole des forces de défense israéliennes (FDI), au moins 130 de ces personnes étaient des combattants. Il s’agit, d’après lui, de ‘l’estimation la plus prudente’. Du côté du ministère palestinien de la Santé, contrôlé par le Hamas, près de la moitié de ces morts sont des femmes et des enfants. Le ministère ne parle jamais des combattants.

Côté israélien, on dénombre 10 morts, dont un ou deux enfant(s).

Il s’agit des combats les plus intenses entre Israël et le mouvement islamiste du Hamas depuis 2014.

Sur le même sujet:

Plus
Lire plus...
Marchés