Adieu les microplastiques? De simples bactéries permettent de les repêcher dans l’eau

(Cover Images/Zuma Press/Isopix)

Des scientifiques ont réussi à piéger les microplastiques présents dans l’eau à l’aide de bactéries aux propriétés collantes, ce qui facilite leur recyclage.

Des microbiologistes de l’université polytechnique de Hong Kong ont imaginé un moyen écologique d’éliminer les microplastiques polluants de nos océans: les bactéries. Ces dernières ont une tendance naturelle à se regrouper et à adhérer aux surfaces, créant ainsi une substance adhésive appelée ‘biofilm’.

Selon les chercheurs, ce biofilm peut être utilisé pour éliminer les microplastiques de l’eau pour ensuite les recycler. Plus précisément, l’équipe scientifique a utilisé la Pseudomonas aeruginosa, une bactérie présente partout, pour capturer les microplastiques dans un bioréacteur. En d’autres termes, les bactéries ont formé un filet collant et capturé les minuscules particules de plastique.

Et comme les biofilms, constitués de cellules bactériennes, provoquent une agglutination des microplastiques, ces derniers finissent par couler. Dans les bioréacteurs, les microplastiques sont ainsi plus faciles à collecter, explique Yang Liu, qui fait partie de l’équipe de chercheurs. Bien que les résultats soient encore préliminaires, le processus pourrait ouvrir la voie à une réduction des microplastiques dans nos mers et océans, et donc dans nos chaînes alimentaires.

Les microplastiques dans les fonds marins

‘Les microplastiques ne sont pas facilement biodégradables, ils restent donc présents dans les écosystèmes pendant une longue période’, explique encore Yang Liu. ‘Cela conduit à l’absorption de microplastiques par les organismes vivants, ce qui entraîne le transfert et la rétention de ces microplastiques en amont de la chaîne alimentaire.

‘En raison de leur énorme surface et de leur capacité d’absorption, les microplastiques peuvent absorber des polluants toxiques, tels que des pesticides, des métaux lourds et des résidus de médicaments, à des concentrations élevées’, ajoute Yang Liu. ‘En outre, les microplastiques sont également difficiles à éliminer dans les installations de traitement des eaux usées, ce qui entraîne leur rejet indésirable dans l’environnement.’

Une étude réalisée l’année dernière par l’agence de recherche scientifique du gouvernement australien (CSIRO) a révélé qu’il y avait environ 14 millions de tonnes de microplastiques contaminants dans les fonds marins. Cette quantité de minuscules particules de plastique est 25 fois supérieure aux résultats obtenus par des études précédentes.

Pour aller plus loin: