Abolir l’argent liquide ? 3 raisons pour lesquelles ce n’est pas une bonne idée

La crise Corona a entraîné un essor des paiements électroniques, au détriment des paiements en espèces. Un rapport du consultant McKinsey voit trois raisons pour lesquelles il serait préférable que la société ne dise pas adieu à l’argent liquide. Du moins pas tout de suite.

Ce rapport a été commandé par la Nederlandsche Bank, l’homologue de notre banque nationale. La Banque centrale des Pays-Bas espère parvenir à des accords avec les banques et les autres parties impliquées dans les opérations de paiement afin de garantir que les espèces restent facilement disponibles et utilisables aux Pays-Bas pendant au moins les cinq prochaines années. Selon McKinsey, voici les raisons pour lesquelles cela est nécessaire.

1. L’argent liquide comme solution de secours

L’argent liquide est peut-être un système analogique démodé, mais les pièces et les billets physiques constituent la première option de repli lorsque les paiements électroniques sont perturbés. En théorie, des sauvegardes numériques alternatives sont possibles, comme les paiements mobiles qui fonctionnent avec des codes QR en dehors du système de réseau des cartes. Mais aujourd’hui, ceux-ci ne répondent pas encore aux exigences en termes de disponibilité et de fiabilité.

« Avant que les moyens de paiement numériques puissent prendre le relais de l’argent liquide, ils doivent être largement déployés et accessibles à tous », déclare la Nederlandsche Bank. « Lorsque cette solution de rechange sera en place à l’avenir, l’argent liquide pourra toujours servir de solution de repli supplémentaire pour les paiements par carte de débit, mais la nécessité de considérer l’argent liquide comme nécessaire pour cette fonction critique sera réduite vore éliminée », écrit McKinsey.

2. L’argent liquide est un moyen de paiement pour les groupes vulnérables

L’étude néerlandaise montre que l’argent liquide est largement utilisé par les groupes vulnérables, tels que les personnes handicapées, les personnes âgées et les personnes ayant des problèmes financiers, dont certaines ne possèdent pas de compte bancaire.

« Certaines de ces personnes sont réellement dépendantes de l’argent liquide, tandis que d’autres l’utilisent par habitude ou en raison de son anonymat », explique McKinsey. « L’inclusion des groupes dépendant de l’argent liquide est une raison importante pour garantir la disponibilité de l’argent liquide. »

3. L’argent liquide comme bien public

Un pays de la zone euro ne peut pas simplement supprimer l’argent liquide de son propre chef. Selon les accords conclus entre la Banque centrale européenne (BCE) et les banques centrales nationales, les espèces doivent rester « largement disponibles et compétitives en tant que moyen de paiement et réserve de valeur » au moins jusqu’en 2030. L’argent liquide est légalement une créance sur la BCE et devrait pouvoir être utilisé par quiconque le souhaite.

Les banques découragent l’argent liquide afin d’amortir le coût des distributeurs automatiques et de lutter contre le blanchiment d’argent et la fraude. Mais selon la Banque centrale néerlandaise, cela ne doit pas « entraver l’utilisation légitime de l’argent liquide ». La Banque centrale des Pays-Bas estime qu’il est important que les détaillants continuent à accepter les espèces.

Pour aller plus loin:

Plus
My following

ABE : les banques européennes en meilleure forme

03/12/2021 18:03

(ABM FN) Les plus grandes banques européennes ont vu leur solvabilité, leur rentabilité et leurs liquidités augmenter. C'est ce qu'a révélé vendredi le dernier exercice de transparence de l'autorité bancaire européenne EBA.

À la fin du deuxième trimestre, le ratio CET 1 des 120 banques participantes s'élevait à 15,8 pour cent. C'est 0,8 point de pourcentage de plus qu'à la mi-2020. A pleine charge, le ratio est passé de 14,7 à 15,5 pour cent.

Lire plus...
Marchés
Lire plus...
Marchés
My following
Marchés
BEL20