À 24 heures des élections, quelles sont les prédictions des principaux sondages ?

Donald Trump en Joe Biden. – EPA

Ils s’étaient trompés en 2016, feront-ils la même erreur en 2020 ? Quelles sont les chances de Donald Trump et de Joe Biden ?

On le sait. Le système américain est particulier. Il s’agit d’une élection indirecte qui dépend des grands électeurs. Ces derniers émanant des États représentent ensemble le collège électoral. Ainsi, il est possible de remporter le vote populaire et de perdre le vote du collège électoral. C’est la douloureuse expérience d’Hillary Clinton qui s’est inclinée en 2016 face à l’actuel président des États-Unis.

Ce système rend tout sondage à l’échelon national peu pertinent, chaque État devant être pris séparément (voire même chaque district) avec un certain poids politique. Certains États sont acquis depuis des décennies à un camp ou l’autre, les républicains ou les démocrates, les autres sont alors qualifiés de Swing States. Des États qui peuvent faire basculer les élections.

Les élections américaines ne sont donc pas toujours lisibles, ce qui peut expliquer la défaite des sondeurs en 2016. Mais ce n’est pas tout : l’agence de sondage du groupe Trafalgar est l’un des rares sondeurs à avoir vu juste en 2016. Sa particularité ? C’est le ‘biais social’. Les personnes aux opinions impopulaires ‘ne veulent pas être jugées par quelqu’un au téléphone qu’elles ne connaissent pas’. Les gens donnent des réponses ‘politiquement correctes’ aux sondeurs, mais laissent ensuite parler leur cœur dans l’isoloir.

Guerre des sondeurs

Pourtant, cette fois encore, les sondeurs sont unanimes. Ils savent qu’ils ne peuvent pas faire la même erreur mais sont plus plutôt sûrs de leur coup.

Selon le sondage NBC/Wall Street Journal, Biden a une large avance récoltant 52% des votes, contre seulement 42% pour Trump, le reste des votes allant vers des candidats indépendants. Au niveau national encore, le Real Clear Politics national polling average donne à Biden 7,2% d’avance sur Trump.

L’un des papes des sondeurs made in USA est Nate Silver. Il gère le site FiveThirtyEight et attribue même des cotes aux autres sondages. Pour lui, les sondages de 2020 sont plus précis que ceux de 2016. Et ils donnent une large avance à Biden: Trump n’aurait que 10% de chances de gagner les élections contre 89% de chances à Biden. Mais Nate Silver estime qu’une victoire du républicain est toujours possible, même si très peu probable. Pour rappel en 2016, la Floride, un Swing State, avait basculé dans le camp de Trump pour 1,2%. Cette fois, la différence ne serait que de 2% en faveur des démocrates.

538

Mais Nate Silver ne croit pas en la théorie des ‘électeurs timides’ (shy voters) pris en compte par Trafalgar. D’ailleurs une véritable compétition a lieu sur les réseaux sociaux entre le sondeur en chef de 538 et Robert C. Cahaly, son équivalent chez Trafalgar. Trafalgar donne Trump en tête dans de nombreux Swing States dont la Floride.

Selon le New York Times/Sinna College, Biden remporterait 4 États qui étaient passés dans le camp de Trump en 2016, assurant sa victoire contre Hillary Clinton. Il s’agit de l’Arizona (6% d’avance), de la Floride (3% d’avance), de la Pennsylvanie (6% d’avance) et le Wisconin (11% d’avance). Sans ces États, Trump ne peut pas gagner.

Rendez-vous le 3 novembre, même si les résultats définitifs ne seront pas connus avant plusieurs jours.