Après 6 mois de conflit, il n’y a pas encore d’alternative aux engrais russes, mais voici les pistes envisagées

Avec la guerre, l'approvisionnement en engrais, dont une grande partie vient de Russie, est devenu plus compliqué, et les prix sont montés en flèche. L'Europe est toujours à la recherche d'alternatives, qui ne se trouvent pas en un claquement de doigts. De quoi craindre pour la prochaine récolte?

Le 24 février, l'armée russe lançait son offensive pour envahir l'Ukraine. Six mois plus tard, l'Europe subit surtout les conséquences économiques de cette invasion. Il y a d'abord la peur

Cet article premium est réservé aux abonnés
Devenez un abonné et obtenez un accès immédiat et illimité à tous les articles. Maintenant à partir de 1,99€/mois.

Oui, je veux avoir accès à tous les articles premium
Peut être annulé à tout moment
Déjà abonné ? Connectez-vous .
Plus d'articles Premium
Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20