5 chiffres fous (et méconnus) sur la crise du coronavirus

Le coronavirus nous a tous transformés en maniaques des chiffres. Chaque jour, nous suivons le nombre d’infections, d’hospitalisations et malheureusement aussi de décès. Et récemment, ce sont les stats de la vaccination qui ont débarqué. Les médias suivent ces chiffres de près, et les citoyens y contribuent également avec des tableaux de bord comme celui de Datrix. Mais malgré cela, il existe encore beaucoup de chiffres surprenants.

1. La crise du coronavirus a été mentionnée dans 80% des articles de The Economist en avril 2020

La crise du coronavirus est assurément le sujet le plus discuté dans les médias. Une analyse de The Economist basée sur ses propres archives, qui remontent à 1843, et celles du New York Times, depuis 1851, montre que le Covid-19 est le sujet le plus cité de l’histoire. En 1915, la Première Guerre mondiale était mentionnée dans 53% des articles de The Economist. Dans le New York Times, les nouvelles de guerre représentaient 39% des articles en 1918 et 37% en 1942. En revanche, la crise du coronavirus a été mentionnée dans 80% des articles à son apogée en avril 2020. Tout au long de l’année dernière, les journalistes des deux médias ont consacré près de 50% de leurs articles à des sujets liés au virus.

2. D’ici septembre, à peine 19% des Belges auront été vaccinés au rythme actuel

Le bon sens ou le non-sens de l’approche corona en Belgique et dans l’Union européenne ont fait l’objet de nombreux débats dans les médias. Et les chiffres en disent long, malheureusement pour notre économie. Selon Politico Europe, un site qui traite uniquement des sujets liés à l’Union européenne, si nous continuons à vacciner au même rythme dans notre pays, précisément 19% de la population belge aura été vaccinée d’ici septembre 2021. Une petite consolation est cependant à trouver dans le fait que la plupart des pays européens se trouvent dans la même situation. Le Royaume-Uni est la seule exception. S’il maintient son rythme, 99% de sa population sera vaccinée d’ici moins de six mois.

3. Au Royaume-Uni, 10,75 millions de Britanniques ont déjà reçu une première dose du vaccin. Dans l’UE, seulement 16,5 millions

Le Royaume-Uni s’est attaqué à la politique de vaccination comme s’il était en guerre, ce qui lui a permis de prendre une avance impressionnante. Aujourd’hui, plus de 10,75 millions de Britanniques ont déjà reçu une première dose du vaccin contre le Covid-19. Dans l’ensemble de l’Union européenne, ce chiffre dépasse à peine les 16 millions. Et cela aura des répercussions importantes dans quelques mois sur nos taux de croissance et sur la réouverture de notre économie.

Et histoire de boire le calice de l’humiliation jusqu’à la lie, Politico a également établi une analyse de l’avancement que nous pouvons attendre en matière de vaccination si chaque pays européen maintient son rythme actuel. Pour que le virus perde de son efficacité en matière de transmission, les virologues estiment que 70% de la population doit être vaccinée. Le Royaume-Uni dépassera ce seuil en juillet 2021. En Belgique, nous atteindrons cet objectif en août… 2023. Nous vous conseillons donc de ne pas réserver des places de concert dans l’immédiat. Mais cela pourrait être pire. À rythme inchangé, les Croates devraient prêts en février 2026 et les Bulgares en octobre 2030.

4. Selon les projections actuelles, plus de 630.000 Américains auront succombés des suites du Covid-19 d’ici au 1er juin 2021

Pour établir ses projections, l’Institute for Health Metrics and Evaluation, qui fait partie de l’Université de Washington, prend en compte un certain nombre de paramètres, dont la politique de vaccination actuelle ou encore la manière dont la distanciation sociale est respectée. Il en résulte un pronostic sur le nombre de décès encore attendus.

Selon ces calculs, plus de 630.000 Américains seront décédés des suites du Covid-19 d’ici le 1er juin 2021. Dans le monde, le bilan devrait atteindre les 3,6 millions de morts, dont 28.000 dans notre pays.

5. Le Covid-19 a suscité 36% de questions supplémentaires liées à l’alcoolisme sur les lignes d’aide téléphonique

Les mesures de confinement, assorties d’un bar à alcools bien garni, ne semble pas être une bonne combinaison pour le foie. Beaucoup de gens ont en effet pris l’habitude de boire plus souvent. La consommation a fortement augmenté, tout comme les problèmes d’addiction dans son sillage.

Les chiffres au Royaume-Uni montrent qu’il y a eu 16% de décès en plus liés à l’alcool au cours des 9 premiers mois de 2020 par rapport à la même période en 2019.

Il existe également des preuves indirectes d’une forte augmentation de la consommation d’alcool dans notre pays. L’auto-test sur l’alcoolisme que l’on peut effectuer sur le site de la ligne d’aide ‘Drugliin’ a été effectué pas moins de 36.000 fois en 2020, soit une augmentation de 36% par rapport à l’année précédente. Pendant le confinement, il y a même eu une augmentation de 66%.