‘Washington et Pékin ont encore beaucoup à faire pour soigner leurs fractures’

epa

Les Etats-Unis et la Chine ont encore beaucoup à faire pour résoudre durablement leurs différends commerciaux même si leur accord bilatéral est un pas en avant, a estimé vendredi la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva.

‘Un accord important a été annoncé cette semaine mais il reste fort à faire pour soigner les fractures existant entre les deux principales puissances économiques de la planète’, a-t-elle commenté dans un discours devant le Peterson Institute for international economics (PIIE).

Au-delà de ces deux pays, ‘c’est tout le système commercial mondial qui a besoin de profondes améliorations’, a-t-elle poursuivi.

‘A l’aube de cette nouvelle décennie’, le problème principal reste ‘l’incertitude grandissante’ relative à l’apaisement des tensions géopolitiques et au triomphe de la paix, concernant la possibilité de voir une trêve commerciale déboucher sur une paix durable et une réforme du commerce, dit-elle.

Fractures sociales

L’incertitude aussi ‘quant à savoir si les politiques publiques pourront remédier aux frustrations et au mécontentement qui grondent dans de nombreux pays’, a-t-elle observé.

Si l’incertitude nuit à la confiance des entrepreneurs, à l’investissement et à la croissance, ce qui préoccupe des millions de personnes au jour le jour, c’est l’incertitude sur leur capacité à payer leurs factures à la fin du mois, sur la santé et le bien-être de leurs familles, ‘la peur constante d’être laissées pour compte’.