‘Vous avez été vacciné? Félicitations, vous recevez une prime’

©Isopix

Après les États-Unis, la prime de vaccination contre le Covid-19 s’est invitée dans une entreprise néerlandaise, avec comme objectif de convaincre les employés qui hésitent à se faire vacciner. Une mesure qui soulève pas mal de questions éthiques.

L’administration d’un vaccin contre le Covid-19 ne peut faire l’objet d’une obligation. Un employeur peut demander à ses travailleurs de se faire vacciner, mais il ne peut pas les y obliger. Et refuser le vaccin ne peut légalement entraîner aucune conséquence, comme un licenciement ou une mise à pied.

Par contre, la pratique montre qu’il est toujours possible de donner aux sceptiques un petit coup de pouce stimulant, que ce soit dans le but de réduire l’absentéisme pour cause de maladie ou bien afin de pouvoir proposer un lieu de travail aussi exempt de virus que possible.

En Amérique, la chaîne de restauration rapide McDonald’s a décidé que les employés qui se font vacciner contre le coronavirus recevront en échange quatre heures de congé payé. L’un des plus grands réseaux hospitaliers du Texas distribue, lui, des ‘primes d’espoir’ d’une valeur de 500 dollars à ses 26.000 employés s’ils sont vaccinés. Le transformateur de viande JBS USA, au Colorado, offre des avantages de 100 dollars, tandis que la branche de la chaîne de supermarchés Aldi dans l’Illinois accorde deux heures de salaire pour chaque dose injectée à un employé. Lidl, pour sa part, donne 200 dollars à ses 5.000 employés américains s’ils peuvent prouver qu’ils se sont fait administrer un vaccin. Et ce ne sont là que quelques exemples, qui sont certainement appelés à faire des émules.

Est-ce que ça marche?

Plus près de chez nous, la société de sécurité néerlandaise DelftaSafe Security a annoncé le mois dernier qu’elle verserait 100 euros à ses 160 employés s’ils se faisaient vacciner. Les doutes sur le vaccin ne sont pas la raison principale de cette mesure, a déclaré le directeur Michel Staat dans le journal néerlandais AD. Mais elle encourage les employés à se faire vacciner plus tôt. ‘Si nous avons moins d’absences, nous serons plus disponibles’, a-t-il ajouté. ‘Plus vite nous serons tous vaccinés, plus vite le virus disparaîtra de Zélande, et donc des Pays-Bas.’

Il reste à voir si cette mesure portera ses fruits. D’après une enquête de DVJ Insights, rapportée par manners.nl, il apparaît que seuls 9% des sceptiques néerlandais se laisseraient persuader par une somme d’argent. Et des avocats américains ont déjà critiqué la zone grise dans laquelle se situe pareille mesure, et dans quelle mesure elle contrevient à la loi anti-discrimination. Pensez, par exemple, aux employés qui ne peuvent pas être vaccinés pour des raisons médicales ou autres. Au début du mois, plus de 40 grands groupes d’entreprises ont demandé à la Commission américaine pour l’égalité des chances dans l’emploi d’enquêter sur cette question.