Voici comment le pays de Galles s’est retrouvé du jour au lendemain parmi les régions les plus touchées par le Covid-19

Le pays de Galles affiche des taux de contaminations au Covid-19 records – Isopix

Plus de neuf mois après l’arrivée du coronavirus en Europe, le testing n’est toujours pas au point partout. Alors que la Belgique s’inquiète de la vente de tests à la fiabilité douteuse dans ses pharmacies, le pays de Galles fait face à un autre problème: des défaillances informatiques.

Même si le gouvernement tente de minimiser l’ampleur du problème, la nouvelle secoue tout le pays de Galles. Ce jeudi, l’autorité sanitaire galloise (PHW) a annoncé que 11.250 tests positifs au Covid-19 venaient seulement d’être ajoutés aux bases de données.

Effectués entre le 9 et le 15 décembre, leur annonce a été reportée à cause d’une maintenance du système de gestion de l’information des laboratoires gallois (WLMS). Désormais ‘la grande majorité’ de ces cas positifs non-rapportés ont été ajoutés aux chiffres globaux du pays, a indiqué la PHW.

Conséquence directe de ces retards de cas déclarés: le pays de Galles se rend compte qu’il est dans une situation bien pire qu’imaginé. Lors de la mise à jour des données, le taux d’incidence de la semaine dernière est passé de 377,8 à 530,2 cas par 100.000 habitants. Etant donné que les chiffres rapportés tardivement concernent également lundi et mardi, cette incidence sera encore plus élevée cette semaine. Les Gallois réalisent que l’augmentation des cas sur leur territoire est en train de s’aggraver de jour en jour.

Avec l’actualisation des chiffres, le pays de Galles est soudainement devenu l’une des régions d’Europe où la situation est la plus critique. A titre de comparaison, en Belgique, entre le 7 et le 13 décembre, nous avions une incidence de 144,3 cas par 100.000 habitants. Soulignons toutefois que, mi-novembre, la Belgique avait affiché des taux d’incidence sur 7 jours supérieurs à 600.

Les autorités rassurent

Si les chiffres ont été rapportés aux bases de données globales avec du retard, les personnes contaminées ont, elle, été prévenues de leur test positif en temps et en heure, a indiqué l’autorité sanitaire galloise. La PHW avait d’ailleurs déjà annoncé vendredi qu’il y aurait des problèmes dans les relevés nationaux de la semaine.

‘On vous avait dit à l’avance que cela allait arriver. Les données n’ont jamais été manquantes, elles étaient toujours là, attendant d’être téléchargées dans le système. Il ne faut pas se focaliser sur des données manquantes ou des problèmes informatiques, mais sur la gravité de la situation’, a déclaré le Premier ministre gallois Mark Drakeford BBC Radio Wales.

Un porte-parole du gouvernement a confirmé que cette maintenance des services informatiques avait été planifiée longtemps à l’avance et qu’il n’y avait donc aucune inquiétude à se faire sur la maîtrise de la situation. La PHW est allée plus loin, indiquant qu’attendre quatre jours avant de publier définitivement l’incidence de la semaine écoulée permettait d’avoir des données plus solides.

L’opposition réclame plus de sérieux

Cette histoire n’a évidemment pas plu à tout le monde, à commencer par l’opposition. Les conservateurs ont qualifié la nouvelle de ‘stupéfiante’.

Rhun ap Iorwerth, député du parti nationaliste Plaid Cymru, a quant à lui déclaré qu’il était ‘crucial que la communication des données soit opportune et solide’, surtout lors d’une période où les cas de coronavirus au pays de Galles atteignent ‘des niveaux records’. ‘La population a besoin d’une image complète et actuelle de la situation pour se rendre compte de la gravité de ce à quoi nous sommes confrontés’, a-t-il ajouté.

Plus de la moitié des 22 aires principales du pays de Galles (régions) affichent désormais des taux de contamination plus élevés que lors de la première vague. Depuis le début de la crise sanitaire, 2.920 Gallois ont perdu la vie suite à une infection au Covid-19. La population du pays est de 3,1 millions d’habitants.