L’Irlande, ultra-sévère mais aussi meilleure élève de l’UE, octroie une trêve de Noël à sa population

Une famille fête Noël dans un restaurant, à Dublin (2018) – Isopix


Alors que les Belges se demandent si un relâchement des mesures sera instauré pour Noël, l’Irlande, meilleure élève de l’UE en termes de taux d’incidence, a décidé d’accorder à ses habitants une trêve de deux semaines pour les fêtes de fin d’année.

En ordonnant un nouveau lockdown le 22 octobre dernier, l’Irlande était devenue le premier pays d’Europe à reconfiner sa population. Les mesures étaient assez dures, puisque non seulement les commerces non-essentiels avaient été fermés, mais les contacts entre membres de foyers différents avaient été proscrits. Pour rappel, en Belgique, un contact rapproché avec un membre d’un autre foyer était (et est toujours) permis. Les lieux rassemblant du monde (horeca, cinémas, musées, lieux de culte, etc.) avaient également été fermés. Seules les écoles étaient restées ouvertes.

A l’époque, les chiffres de l’Irlande étaient pourtant moins alarmants que ceux de la Belgique. Le taux d’incidence y était de 260 cas par 100.000, soit plus de trois fois moins que la Belgique (lors de la 3ème semaine d’octobre).

Drastiques, ces mesures ont porté leurs fruits. Sur les 14 derniers jours, le taux d’incidence des contaminations au Covid-19 en Irlande est de 85,4 cas par 100.000 habitants, d’après les derniers chiffres de l’European Centre for Disease Prevention and Control. C’est le meilleur score de l’Union Européenne. Sur l’ensemble du continent européen, seule l’Islande (52,4) fait mieux. En Belgique, sur cette même période, le taux d’incidence était toujours de 330,9.

Mesures assouplies et cadeau de Noël

Au vu de l’affaissement de toutes les courbes, l’Irlande a procédé, après plus d’un mois de mesures strictes, à un assouplissement de celles-ci. Les restaurants et pubs rouvriront vendredi, en prenant soin que seules des personnes issues d’un même foyer mangent à la même table. Musées, galeries, bibliothèques, cinémas et lieux de culte ont quant à eux rouvert ce mardi.

Les contacts entre personnes de foyers différents restent proscrits… jusqu’au 18 décembre. A partir de cette date, le gouvernement irlandais a décidé d’offrir à sa population une trêve de deux semaines.

Entre le 18 décembre et le 6 janvier, chaque foyer pourra accueillir à son domicile des personnes issues de deux autres foyers, en même temps, peu importe leur nombre.

Les autorités irlandaises préconisent tout de même que chacun respecte au maximum les mesures barrières (lavage des mains, pas d’embrassades, aération des pièces). Mais tous les convives pourront donc manger ensemble à Noël, à condition que les membres de chaque foyer soient séparés par une certaine distance une fois à table.

« Ce ne sera pas le genre de Noël dont nous avions l’habitude, mais ce sera un moment très spécial où nous pourrons tous profiter d’un peu de répit face aux difficultés de l’année 2020 », a déclaré le Premier ministre irlandais Micheál Martin. 

Chez nous, c’est l’incertitude la plus totale

Pour rappel, en Belgique, Alexander De Croo a annoncé vendredi que les règles restaient inchangées pour les fêtes de fin d’année. Chaque foyer n’est autorisé à recevoir qu’une seule personne, avec laquelle il peut entretenir des contacts rapprochés. Seules les personnes isolées ont le droit d’accueillir deux invités.

Ces mesures pourraient toutefois être modifiées dans les prochaines semaines. Le MR et le PS sont prêts à rediscuter d’un éventuel assouplissement des règles pour Noël. Le sujet est au cœur d’un vif débat politique.