Voici comment Georges Gilkinet veut lutter contre l’insécurité routière: ‘La peur d’être sanctionné n’existe pas suffisamment’

Georges Gilkinet, ministre de la Mobilité (Ecolo) (Frederic Sierakowski / Isopix)

D’après une nouvelle étude de l’institut Vias, une majorité de Belges serait favorable à l’instauration d’un plus grand nombre de contrôles sur les routes. Le ministre de la Mobilité Georges Gilkinet (Ecolo) veut lui aussi chasser le sentiment d’impunité qui habite certains conducteurs.

Menée auprès de 6.000 personnes, l’étude de l’institut Vias apporte des conclusions frappantes. 81% des Belges veulent augmenter le risque de se faire contrôler pour l’usage du GSM au volant et 73% sont favorables à une augmentation des contrôles alcool. Enfin, 59% d’entre eux souhaiteraient qu’il y ait davantage de radars tronçons pour faire respecter la vitesse maximale en vigueur.

Le ministre de la Mobilité Georges Gilkinet (Ecolo) semble être sur la même longueur d’ondes. ‘Le risque d’être contrôlé est trop bas. Cette peur d’être sanctionné n’existe pas suffisamment en Belgique’, estime-t-il. Il rappelle également l’objectif du gouvernement fédéral: ‘contrôler 1 conducteur sur 3 chaque année’.

Tolérance zéro pour l’alcool

Actuellement, le taux d’alcool maximal autorisé au volant est de 0,5 milligramme d’alcool par millilitre de sang. Quand vous soufflez dans le ballon, le taux d’alcool dans votre haleine ne doit pas dépasser 0,22 milligramme par litre d’air expiré.

Pour Georges Gilkinet, ces limitations pourraient être encore plus importantes. Jusqu’à la tolérance zéro pour tous ?

‘C’est un débat difficile. Le parlement en a débattu sur base d’une proposition de loi écologiste mais ça n’a pas abouti à une décision en la matière. Moi, j’espère pouvoir remettre ce débat dans la société’, annonce le ministre de la Mobilité. ‘Mais cette tolérance zéro ne sera efficace que si on a suffisamment de contrôles d’une part, et si on travaille également sur l’éducation d’autre part. Des campagnes éducatives, comme BOB, ont parfois davantage de force que la capacité de sanctionner.’

Du côté de sondés, 62% des Belges se sont dits favorables à l’instauration de cette tolérance zéro pour tous.

L’IA pour détecter l’usage du GSM au volant

Depuis quelques mois, Vias teste des caméras intelligentes qui permettent de détecter lorsqu’un conducteur utilise son téléphone au volant. La technologie filtre les images suspectes, qui sont envoyées aux policiers. Et ce sont eux qui décident s’ils sanctionnent ou non.

Une technologie qui n’est pas pour déplaire à Georges Gilkinet. ‘Oui, éventuellement. Pour autant qu’on puisse respecter la vie privée et qu’on mette cela sous le contrôle final d’un humain, ces caméras intelligentes peuvent être un outil dissuasif’, explique-t-il.

Notons que, là aussi, le ministre de la Mobilité plaide pour la mise en place de sensibilisation afin d’éduquer au non-usage du GSM au volant.

En Belgique, plus de 600 personnes meurent chaque année suite à un accident de la route, et 48.000 sont blessées. L’utilisation du GSM au volant provoque annuellement une trentaine de décès et plus de 2.500 blessés.